Posture de recherche

S’engager dans un travail de plusieurs anodins n’est pas une mince affaire… et n’est pas anodin non plus. Creuser les motivations de cette démarche te définir sa posture de recherche permet d’y voir clair dès le début et de se donner toutes les chances de ne pas faire fausse route.

Ma pratique de la recherche se concentre sur 2 expériences préalables :
–      un DEA orienté sur la formation linguistique en 1993. Le thème de cette recherche : « L’enseignement du français langue étrangère à de jeunes apprenants polyglottes » ;
–      une maîtrise d’anglais à l’occasion de laquelle j’ai rédigé un mémoire sur la grève des mineurs en Grande-Bretagne (1984-1985).

Ma réflexion pour ce projet doctoral m’a amené à tenter d’analyser mon rapport à la recherche et à mon objet de recherche :
– mes travaux précédents m’ont tout simplement donné goût à la recherche, notamment à la recherche-action ;
– je vois cette “enquête au long terme” (malgré une masse de travail non négligeable… et grâce à elle) comme un mode de progression, de stimulation et de satisfaction personnelles. Me lancer dans un doctorat répond à mon  envie d’évoluer en permanence et d’aller “jusqu’au bout des études” d’une part, et de faire la synthèse de mon double parcours professionnel d’autre part ;
– enfin, ce doctorat peut servir une évolution vers des postes ou des missions en France ou ailleurs, dans des champs nouveaux – cadre européen, cadre universitaire.

Ma situation personnelle et professionnelle par rapport au réel observé – mon extériorité par rapport à l’objet de ma recherche – peut également être précisé à ce stade :
– je travaille en free lance comme journaliste (rédacteur, conseil éditorial), auteur de guides pédagogiques et créateur de site web (conception éditoriale et réalisation technique – technologie WordPress). À ce titre :

* je n’appartiens pas à une rédaction ou un groupe de presse qui impose à ses salariés une forme d’évolution vers le web ;

* je ne travaille pas exclusivement dans le domaine web (également médias print et édition) ;

–      depuis mes débuts comme journaliste en 1997, mon activité a évolué vers la formation aux savoir-faire de ce métier. Je reste journaliste et rédacteur à 15-20 %, la formation constituant tout le reste de mon activité. Je ne suis donc pas pris (happé ?) par les impératifs de formation que connaît la profession journalistique, ce qui me permet une distanciation par rapport au sujet observé ;

–      comme formateur enfin, je suis en veille sur ce secteur du web, ses techniques et ses implications sur la pratique journalistique (voir mes différents outils ci-dessous) comme dans la formation. Cette pratique me donne une vue d’ensemble et une distance par rapport aux situations particulières que vivent les rédactions et les groupes de presse dans leur appréhension du web.

Comme je l’ai brièvement évoqué plus haut, mes motivations à la base de cette recherche sont multiples et peuvent s’expliciter par une triple envie :
–      l’envie de comprendre comment les innovations pédagogiques nées de la généralisation des outils et pratiques numériques peuvent contribuer à la formation continue (et initiale) des journalistes et s’intégrer à leur pratique professionnelle ;

–      l’envie, grâce à cette première prospection-réflexion, de concevoir des outils et contenus pertinents au regard des potentialités des innovations et des besoins des journalistes ;

– l’envie, enfin, de contribuer, grâce à cette recherche de complémentarité innovations pédagogiques-formation des journalistes, à l’évolution de la transmission des savoirs, savoir-faire et savoir-être de cette profession.

Crédit photo : Hans-Peter Gauster sur Unsplash.