Projet de recherche : la formation continue des journalistes et le digital

« Mobile learning et micro learning, social learning et adaptative learning, gamification… : quel rôle donner à l’innovation pédagogique digitale dans la formation – initiale, continue – des journalistes ? »

Au croisement de 2 univers professionnels, mon projet de recherche se fonde sur les évolutions qui traversent – et bousculent – le journalisme et la formation.

Un contexte journalistique bouleversé par le web
Ces dernières années, les médias ont formé et forment encore ses journalistes à tour de bras aux outils du web et aux techniques associées, principalement l’écriture web, la scénarisation et l’éditing en environnement multimédia, le journalisme vidéo. Ces formations sont souvent imposées et, paradoxalement, n’entrent pas parfois dans une démarche aboutie prévoyant une ré-exploitation réfléchie et immédiate de ces nouveaux savoir-faire.

Chez les journalistes, le web… a mauvaise presse pour de multiples raisons :
a) c’est un univers (encore) nouveau et (toujours) mouvant, cherchant parfois sa logique notamment économique ;
b) c’est un univers technique et anglicisant ;
c) il impose de passer d’un journalisme monomédia – l’écriture d’un article, la production d’un sujet radio ou télé – à un journalisme multimédia – la production d’un sujet en texte, son, images, vidéo et impliquant l’internaute (interaction avec le contenu proposé : commentaires, quiz, diffusion par les réseaux sociaux…).
Ces évolutions constituent à la fois un changement d’habitude de travail, l’acquisition d’une nouvelle gymnastique intellectuelle, une nouvelle relation-rapport de force avec le lecteur et une évolution de l’identité professionnelle des journalistes ;
d) dans les rédactions, le web est souvent inscrit dans une « logique » qui impose des productions sur ce nouveau média à effectifs constants. Le web est donc identifié, souvent à juste titre, à un surcroît de travail.

La formation, elle aussi, fait sa révolution
Parallèlement à cette évolution technologique, la (très) mauvaise santé des médias et de la presse en particulier pousse les journalistes vers une remise en question de leurs savoirs… ou vers la sortie. Dès lors, beaucoup initient, dans le cadre d’un dispositif collectif (plan de formation ou plan social) ou à titre individuel (CPF), une démarche personnelle d’acquisition des savoir-faire du web. Leur contexte professionnel difficile (précarité, incitation à l’hyperproductivité, mobilité accrue, manque de temps…) dégage le terrain pour des formations plus courtes, plus interactives, plus pratiques ; leurs valeurs et leur fonctionnement habituel (fonctionnement en rédaction, en groupe sur le terrain, utilisation des nouvelles technologies pour leur pratique professionnelle) peuvent également faciliter certaines pratiques de formation innovantes (social learning, adaptive learning, learning apps…)

Paradoxalement, dans un contexte professionnel qui a aujourd’hui intégré avec plus ou moins de bonheur les outils numériques, les formations aux savoirs et savoir-faire métiers restent paradoxalement très classiques et n’intègrent pas, ou peu, les outils et pratiques en usage aujourd’hui dans la profession.

Dans ce contexte, il m’est apparu intéressant de proposer une recherche-action dont l’objet serait le suivant :

l’apport des innovations pédagogiques digitales à la formation initiale et continue des journalistes.

À ce stade – j’en suis au tout début de ma recherche –, la question centrale pourrait être la suivante :

« Comment les innovations pédagogiques actuelles, basées dans une large mesure sur les outils numériques et le monde digital, peuvent-elle s’intégrer à et enrichir la formation continue des journalistes ? »

Le terrain de recherche serait constitué par les formations continues proposées par une ou plusieurs structure(s) de formation spécialisée dans la formation initiale et continue des journalistes. L’angle comparatif – organismes en France et en pays francophones, en pays anglophone – me permettrait une observation plus riche.

Une hypothèse de recherche… encore au stade de l’intuition

Trouver une hypothèse de recherche pertinente ne peut se décréter surtout à ce stade préliminaire, avec des lectures encore embryonnaires. Les 2 premières pistes évoquées ci-dessous tiennent plutôt d’intuitions à vérifier.

Première idée (est-ce une hypothèse ?) : les innovations pédagogiques fonctionneront d’autant mieux qu’elles seront adaptées à la pratique du métier (outils, contraintes), aux valeurs et à l’identité professionnelle en mutation des journalistes, si elles sont vécues comme une “extension pédagogique” – au sens informatique du terme – de leur pratique professionnelle.

Seconde idée : ces innovations pédagogiques fonctionneront d’autant mieux si, d’une part, elles s’appuient sur un apprentissage coopératif avec une dimension socio-affective favorisant la motivation pour l’apprentissage, réveillant “l’esprit de corps” des journalistes ; si, d’autre part, elles contribuent au développement du sentiment d’auto-efficacité (A. Bandura).