Journalism and the Academy – Barbie ZELIZER

Cet article très riche aborde la problématique de l’étude du journalisme et se pose plusieurs questions simples, à commencer par ce qu’est le journalisme et ce que devrait être sa relation avec le milieu académique.

Barbie ZELIZER évoque rapidement la « dissonance » entre les 2 univers qui remonte très loin, repérable dans les critiques acerbes émises par des universitaires à l’encontre de romanciers pourtant célèbres (Orwell, Dickens, Dos Pasos, Malraux…), coupables d’avoir instillé une approche journalistique dans leurs romans.

Une tension née de multiples incertitudes
La tension entre le journalisme et l’université dont fait état l’auteure est fondée sur de multiples incertitudes, issues en premier lieu des multiples questions qui sous-tendent la pratique du journalisme, et produites ensuite par les dimensions pédagogiques entourant le journalisme et le milieu académique. « Comment nous enseignons ce que nous pensons que nous savons est une question appelant de multiples réponses, particulièrement en cette période où les contours du journalisme changent », souligne Barbie ZELIZER.

L’auteure poursuit en rappelant, à la suite de nombreux sociologues (Durkheim, Foucault, Goodman…) que le groupe social est essentiel pour établir les formes d’apprentissage du monde. Le monde du journalisme et de son étude n’y échappe pas et l’auteure distingue 3 populations à l’œuvre dans cet univers : les journalistes, les professeurs de journalisme (educators) et les universitaires et chercheurs en journalisme (scholars). Les conflits et préjugés entre ces 3 groupes ne manquent pas, reflétant l’enjeu de qui parle du journalisme, et qui en parle le plus fort…

Le monde divisé de l’étude du journalisme
Barbie ZELIZER approfondit ensuite le positionnement de ces 3 groupes. Elle identifie les journalistes comme un groupe hors d’atteinte de lui-même, des critiques et de son public. Elle repère ensuite les tensions vécues par les professeurs de journalisme, coincés entre 2 champs universitaires, les humanités et les sciences sociales, et 2 approches antagonistes du journalisme, l’apprentissage pratico-pratique de la technique journalistique et l’acquisition d’une rigueur académique. Enfin, elle dépeint les scholars comme une population qui n’est toujours pas parvenue à définir clairement ce qu’est le journalisme… même si on retrouve cette matière dans de nombreux programmes universitaires. L’auteur évoque même « un terrain de l’étude du journalisme en guerre avec lui-même », avec des murs dressés entre professeurs de journalisme et chercheurs qui produisent des visions partielles (et partiales) du journalisme, sans vision globale. Elle affirme, enfin, que les chercheurs en journalisme n’ont pas produit les efforts suffisants pour rester en lien avec le journalisme sous toutes ses formes.

5 prismes pour étudier le journalisme
Une deuxième partie de cet article évoque les 5 prismes ou champs universitaires par lesquels on peut étudier le journalisme et donner tout son sens à ce métier – la sociologie, l’histoire, les sciences du langage, les sciences politiques et l’analyse culturelle.

En matière d’étude du journalisme, la sociologie est le champ universitaire par défaut, essayant de réfléchir sur la façon dont le journalisme fonctionne (grâce à de multiples études ethnographiques sur les informations elles-mêmes, les salles de rédaction, les journalistes…). Cette étude a largement favorisé les pratiques dominantes du journalisme plutôt que les pratiques « déviantes » et « gelé des moments dans le processus de production de l’actualité plutôt que considéré le phénomène dans son ensemble ».

De son côté, l’approche historique atteste de la longévité du journalisme et se concentre sur le passé (les échecs, les réussites, les leçons tirées) et sur ce qui a survécu, une vision assez étroite du domaine selon l’auteure. L’approche des sciences du langage, elle, soutient que les messages des journalistes sont le résultat d’une activité construite de la part des locuteurs, s’appuyant sur des études informelles ou formelles (sociolinguistique, analyse de discours…).

Les chercheurs en sciences politiques se sont concentrés sur ce que devrait être le journalisme dans des conditions optimales, sur les normes et sur la meilleure façon pour le journalisme de servir au public. Enfin, l’approche culturelle s’attache à étudier les acquis du journalisme (perception de soi des journalistes, de ce qui est important pour eux dans leur profession, de ce qui fait sens pour eux, de leur symbolique).

En guise de conclusion, Barbie ZELIZER appelle de ses vœux la combinaison de ces différents prismes pour une approche plus complète, moins à courte vue, du journalisme et de son étude. Cette évolution est selon elle nécessaire, d’abord parce que les études en journalisme n’ont toujours pas produit un corpus – ou des chercheurs – capables d’aborder le journalisme sous toutes ses dimensions, et ensuite parce qu’un consensus sur le journalisme et la recherche associée permettrait de lever les incertitudes existentielles qu’elle évoquait en début d’article, positionnant de manière fructueuse le journalisme au cœur des multiples approches académiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search