How freelance journalists can help shape journalism education – Eileen Fredman SOLOMON

Professeur de journalisme à l’université Webster de Saint-Louis (États-Unis), Eileen Fredman Solomon avance l’idée, dans cet article, que les journalistes free lance peuvent aider à renouveler les programmes d’enseignement du journalisme.

Aux yeux de l’auteur, les free lances, indépendants et créatifs, souples et “orientés solutions” permettent de focaliser les enseignements et formations sur les besoins réels et changeants de l’industrie des médias.

Des compétences au sens large
Sur la base d’une enquête et d’interviews auprès d’une cinquantaine de journalistes, la chercheuse met au jour des besoins et demandes de formation aujourd’hui classiques (maîtrise de la vidéo par exemple, et plus globalement des médias), mais aussi plus originaux et pertinents car basés sur la réalité du terrain : l’appréciation des risques notamment en zone hostile, connaissances de base en premiers soins et traitement d’urgences, établir une connexion Internet sécurisée, connaître ses droits en tant que journaliste…

Sur des terrains d’exercice moins risqués, l’auteur(e) milite pour une intégration de contenus non journalistiques mais pertinents comme les compétences commerciales de base (développement de son réseau, gestion commerciale, négociation, compréhension des contrats, création d’un modèle d’affaires ou business plan). Les étudiants en journalisme doivent, selon elle, “être préparés à une myriade de modèles professionnels.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search