Manuel de recherche en sciences sociales – Raymond QUIVY et Luc VAN CAMPENHOUDT

Indémodable : le Manuel de recherche en sciences sociales de Quivy et Van Campenhoudt, rédigé pour la première fois en 1988, en est à sa quatrième réédition. Méthodique, rigoureux et pourtant abordable, il “dédramatise” la recherche et la met à la portée du plus grand nombre.

Méthodique, pratique et très didactique : le manuel de Luc van Campenhoudt et de Raymond Quivy mérite son succès et ses multiples rééditions. Il dédramatise le processus de la recherche en abordant de front le principal problème : l’absence de méthode – ou, selon l’expression des auteurs, “le chaos originel ou 3 manières de mal commencer”.

En toute logique, van Campenhoudt et Quivy proposent une démarche très… méthodique en 8 étapes qui balisent clairement tout type de recherche scientifique en sciences sociales.

Étape 0 : réfléchir avant d’agir
Cette étape préliminaire présente quelques principes élémentaires avant de s’engager dans une recherche au long cours caractérisée par les auteurs comme “une démarche d’élucidation du réel” et un processus itératif, dynamisé par des “boucles de rétroaction”.

Le premier consiste à rappeler qu’on ne “fore” pas n’importe où et qu’il est important de bien prospecter pour trouver le terrain le plus susceptible de donner des résultats. Du point de vue des auteurs, les éventuels problèmes rencontrés sont souvent d’ordre méthodologiques et pas techniques. Ils pointent ainsi 3 pièges classiques à éviter : la “gloutonnerie livresque”, l’impasse aux hypothèses et “l’emphase obscurcissante”.

Ils prennent également le temps de définir clairement la démarche de recherche avec leurs propres définitions (“Confrontation d’hypothèses théoriques à des données d’observation et/ou d’expérimentation”) et celles empruntées à Gaston Bachelard (“Le fait scientifique est conquis, construit et constaté : conquis sur les préjugés, construit par la raison, constaté dans les faits”) ou à Pierre Bourdieu (une démarche en 3 temps caractérisée par la rupture, la construction et la constatation).

Étape 1 : la définition de la question de départ
Fil conducteur de la recherche, la question de départ est présentée comme un “camp de base”, une étape incontournable mais temporaire avant l’ascension. Les auteurs recommandent tout simplement de formuler  son projet de recherche sous la forme d’une question, ce qui contraint le chercheur à clarifier ses propres intentions et ses perspectives spontanées, à rompre avec ses préjugés et ses prénotions.

Pour tenir la route, cette question de départ doit satisfaire 3 critères de qualité :
– la clarté : elle doit être précise et concise ;
– la faisabilité : la question et la recherche induites doivent être réalistes et en rapport avec les ressources disponibles ;
– la pertinence : elle doit être de l’ordre de l’explicatif, de l’élucidation et non pas du normatif ou du prédictif. Cet aspect interroge la position du chercheur (veut-il démonter ou simplement connaître ?).

Les hypothèses qui naîtront par la suite seront des tentatives de réponses à cette question de départ.

Étape 2 : l’exploration
Dans cette partie, les auteurs rappellent que tout travail de recherche s’inscrit dans un continuum et qu’il convient, dès lors, de situer son travail dans des cadres conceptuels reconnus. Il s’agira pour le chercheur de dépasser les interprétations établies et de proposer de nouvelles idées et pistes de réflexion, une approche “pénétrante” du sujet.

La qualité du questionnement dépendra, dans un premier temps, des lectures et de leur qualité. Elles devront être liées à la question de départ et porter sur des textes diversifiés (interprétations différentes, angles originaux, textes pratiques ou théoriques) et qui donnent à réfléchir (proposant donc des éléments d’analyse et d’interprétation), ingérés par “petites salves de 2 ou 3 livres” pour éviter toute “indigestion informationnelle”. Les auteurs complètent cette approche :
– en passant en revue les types de ressources bibliographiques (de la revue scientifique aux bibliographies d’autres recherches ou d’ouvrages de référence) ;
– en proposant une méthode de lecture (résumés de lecture, comparaison de textes) afin de s’assurer de retirer de ces lectures le maximum d’idées pour sa recherche.

Dans un second temps enfin, ou en parallèle, les auteurs recommandent de ne pas oublier le contact avec le réel, par le biais de contacts informels ou d’entretiens dûment préparés. Ces sources “vivantes” sont elles aussi une mine à explorer.

Étape 3 : la problématique
Les 2 auteurs définissent simplement la problématique de recherche comme “l’approche ou perspective théorique que l’on décide d’adopter pour traiter le problème posé par la question de départ”. Pour définir celle-ci, ils suggèrent de procéder en 3 temps :
– d’abord, faire le point : il s’agit là de dresser l’inventaire des points de vue déjà adoptés sur le sujet, de repérer les liens (ou les oppositions) entre ces points de vue puis de mettre en évidence les cadres théoriques, implicites ou explicites, de chacun d’entre eux ;
– ensuite, se donner une problématique ou cadre théorique : à la lumière de l’inventaire qui vient d’être réalisé, le chercheur peut maintenant choisir son cadre théorique, soit en l’empruntant chez l’un des auteurs lus – la solution souvent la plus sage –, soit en en proposant un nouveau. Dans l’un ou l’autre cas, ce cadre devra être le plus en lien avec la question de départ et avec les informations tirées des entretiens exploratoires et des statistiques obtenues. Ce cadre aura une double finalité : aider à reformuler/préciser la question de départ (qui deviendra donc définitive) et donner un fondement aux hypothèses permettant de répondre à la question de départ ;
– enfin, expliciter cette problématique : cette dernière étape consiste, en résumé, à reformuler soi-même cette problématique ou cadre théorique pour la faire sienne. Le chercheur sera alors à même de construire son modèle d’analyse.

Étape 4 : la construction du modèle/cadre d’analyse
Ce modèle ou cadre d’analyse est défini comme un ensemble de concepts et d’hypothèses associées. Si les auteurs distinguent concepts principaux et secondaires et hypothèses centrales et complémentaires, ils indiquent également que l’avancée du travail exploratoire permettra souvent de repérer les concepts et hypothèses majeurs. Ce cadre peut s’élaborer de 2 façons : en partant des hypothèses pour aboutir aux concepts, ou en adoptant la démarche inverse (des concepts d’abord pour aboutir aux hypothèses ensuite).

Dans un premier temps, la construction des concepts (ou conceptualisation) est abordée par les auteurs par une définition du concept (déclinable en dimensions majeures, éventuellement divisibles en composantes pour les concepts complexes, et en indicateurs observables sur le terrain). Ils distinguent ensuite 2 types de conceptualisation :
– la conceptualisation inductive part du terrain qui permet d’élaborer des concepts opératoires isolés et suit une logique analytique et inductive pour remonter jusqu’aux concepts et à la problématique ;
– la conceptualisation déductive fait le contraire et se base sur des concepts systémiques pré-existants desquels elle déduit des hypothèses qu’on tente de confirmer ou d’infirmer sur le terrain .

Les auteurs établissent une hiérarchie dans ces types de conceptualisation, plaçant en haut de la liste les concepts systémiques, suivis des concepts opératoires isolés puis des prénotions ou préjugés, conscients ou pas, à éviter à tout prix !

Cette partie se termine par une explication de la construction des hypothèses, réponses provisoires à la question de départ anticipant une relation entre 2 termes (les phénomènes observés ou les concepts invoqués). Une ou plusieurs hypothèses peuvent être retenues et plusieurs facteurs devront rester à l’esprit du chercheur :
– il y a souvent nécessité de formuler plusieurs hypothèses et, partant, de définir ensuite un modèle d’analyse pour les articuler logiquement entre elles (là encore par induction ou par déduction) ;
– il y aura nécessité de confronter cette ou ces hypothèse(s) à des données d’observation ou d’expérimentation (phase de vérification empirique). L’hypothèse doit donc être d’une part observable et d’autre part ne pas se fonder sur des prénotions ou préjugés ;
– enfin, l’hypothèse devra paradoxalement être “falsifiable”, c’est-à-dire avoir une portée générale, universelle et donc reproductible ailleurs… et éventuellement infirmable, en totalité ou en partie (caractère d’opposabilité à cette hypothèse par un énoncé contraire). La (relative) véracité de cette hypothèse sera affirmée tant que tous ses contraires restent faux.

Étape 5 : l’observation
Les auteurs démarrent cette partie en rappelant 2 évidences, une double nécessité : celle de bien circonscrire son champ d’observation – dans le temps dans l’espace géographique, dans l’espace social – et celle de définir la marge de manœuvre du chercheur – quels délais, quelles ressources propres, quels contacts…

Ils s’attaquent ensuite au cœur du problème – la définition de l’échantillon – et évoquent les 3 possibilités qui s’offrent au chercheur : étudier la totalité d’une population, un échantillon représentatif de cette population ou enfin des composantes non strictement représentatives mais caractéristiques de cette population. Est ensuite abordée l’observation proprement dite, sous tous ses angles : le type d’observation (directe ou indirecte) et les 3 étapes classiques que sont la conception de l’instrument d’observation, le test de cet instrument et la collecte des données.

Quivy et Campenhoudt concluent en passant en revue les 4 méthodes de recueil des informations (et les critères pour choisir la plus appropriée) : l’enquête par questionnaire, l’entretien, l’observation directe et le recueil de données existantes.

Étape 6 : l’analyse des informations
Cette partie essentielle est abordée par un rappel de ce que doit être cette analyse : un constat que les informations recueillies correspondent bien aux hypothèses de départ. Dans le cas contraire, la révision – grâce aux variables tests émises à partir des hypothèses secondaires – et la précision des hypothèses sera de mise.

Très concrètement, l’ouvrage livre dans un premier temps un mode d’emploi de l’analyse de données : préparation (description précise, agrégation si nécessaire), analyse des relations entre les variables, comparaison des résultats observés avec les résultats attendus et interprétation des écarts. Les auteurs passent ensuite en revue les 2 principales méthodes d’analyse des informations, à savoir l’analyse statistique des données et l’analyse de contenu.

Étape 7 : la conclusion de la recherche
À l’image de l’ouvrage dans son ensemble, cette partie essentielle de la recherche est abordée avec méthode, en 3 temps.

Pour les auteurs, cette conclusion devrait d’abord s’attacher à rappeler les grandes lignes de la démarche empruntée par le chercheur : rappel de la question de départ dans sa dernière formulation ; présentation des caractéristiques principales du modèle d’analyse ; présentation du champ d’observation, des méthodes mises en œuvre et des observations effectuées ; enfin, comparaison des résultats attendus par hypothèse et des résultats obtenus + rappel des principales interprétations des écarts.

Dans un deuxième temps, il s’agira de présenter les nouveaux apports de connaissances issus de la recherche menée, celles relatives à l’objet d’analyse mais aussi nouvelles connaissances théoriques. Enfin, ces conclusions pourront aborder des pistes d’action suggérées par les analyses.


Vous aimerez aussi...