Usages des NTIC : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation – Florence MILLERAND

Cet article fait la synthèse des 3 approches communes de l’étude des usages (approches de la diffusion, de l’innovation, de l’appropriation) et évoque les aspects sociaux des technologies interactives de communication.

Pour démarrer son propos, Florence MILLERAND rappelle le sens de termes centraux comme l’usage (“simple utilisation des objets ou des technologies”), la pratique (“usage et comportements, attitudes et représentations des individus qui se rapportent directement ou indirectement à l’outil”) ou encore l’interactivité (“matériels, programmes, ou les conditions d’exploitation qui permettent des actions réciproques en mode dialogué avec des utilisateurs ou en temps réel avec des appareils” selon le Commissariat général de la langue française, 1989). Elle mentionne également des tendances actuelles lourdes comme la profusion des nouvelles technologies de la communication.

L’auteur s’attarde ensuite sur la tendance générale au « déterminisme technologique » : elle évoque tour à tour les rapports entre la technique et la société en termes d’impacts de la première sur la deuxième, la prégnance des mythes technologiques ancrés dans l’imaginaire social. elle constate que la technique est abordée du point de vue de ses incidences sur les structures mentales et les modes de pensée.

Le quotidien, un facteur-clé de compréhension des usages
L’auteur constate que les pratiques médiatiques et les usages des outils de communication sont indissociables des activités quotidiennes. Ce quotidien joue un rôle considérable dans la formation des usages et Florence MILLERAND souligne à cette occasion l’importance de re-situer l’étude des usages dans une réflexion plus large sur l’évolution des modes et styles de vie en termes sociaux, économiques voire politiques. Elle met la lumière sur la prise en considération des tendances sociales profondes et des bouleversements plus larges de la société globale qui contribuent à l’évolution des modes de vie.

L’auteur aborde ensuite la notion de « mise en objet » de la technique, de l’acculturation technique (évoquée dans le passé par Chambat, 1992). Ces “objets” peuvent être considérés de 3 manières : comme des outils, comme un signe social ou comme un dispositif. Dès lors, les modes d’analyse de ces objets peuvent être les suivants : les analyses peuvent être centrées sur les objets eux-mêmes, sur les services rendus par ces objets, sur les effets de ces objets, sur la réception de ces objets et enfin sur l’adoption, l’acceptabilité des objets par les usagers.

Les multiples facettes de l’innovation et de son adoption
L’auteur rappelle en préambule que l’innovation peut être abordée selon 2 dimensions : la dimension macro-sociale d’analyse de l’offre technique (travaux de Akrich en 1993, de Richy en 1994 et 1995 sur le système socio-technique) et la dimension micro-sociale de l’étude des usages en pratique.

Elle évoque également l’importance, pour comprendre le phénomène de l’innovation, de travaux (Flichy, 1994 et 1995) qui ont mis en avant les notions de cadre (cadre de fonctionnement, cadre d’usage), de modèle des acteurs (concepteurs-stratèges, usagers-tacticiens) et de l’importance de l’imaginaire technique (représentations de l’objet technique).

Florence MILLERAND s’interroge ensuite sur les innovations, sur leur mode de diffusion et sur les personnes qui les adoptent (les “adoptants”). Elle opère ensuite plusieurs types de distinctions :

– les 5 attributs de l’innovation (inspirés des travaux de Carl Rogers) : ce sont l’avantage relatif apporté par l’innovation, la compatibilité avec les valeurs du groupe d’appartenance, la complexité, la possibilité de la tester et la visibilité ;

les 5 phases de l’adoption des objets (là encore inspirées de Rogers) : la première est la connaissance même de l’innovation (exposition), la deuxième la persuasion (prise de position par rapport à l’innovation), la troisième la décision (on adopte ou on rejette l’innovation), la quatrième l’implantation (utilisation de l’innovation au quotidien et évaluation) et la cinquième la confirmation (obtention d’informations pour renforcer son choix de l’innovation) ;

les 5 types d’usagers de l’innovation : elle distingue les innovateurs, les premiers utilisateurs, la première majorité, la seconde majorité et les retardataires.

Elle poursuit sa présentation en évoquant l »existence d’un « réseau social » de circulation d’une innovation (par les contacts interpersonnels, un réseau d’influence personnel). Elle rappelle également la notion de réinvention mise en avant par Rogers, à savoir la façon dont les usagers modifient le dispositif qu’ils adoptent.

Le rôle central des pratiques
En résumé, le processus d’innovation est défini comme une succession d’épreuves et de transformations où une série d’acteurs (humains et non-humains) se trouvent en relation. L’auteur poursuit en rappelant (travaux de Wolgar, 1991) que “la conception d’une innovation technique (en l’occurrence une nouvelle gamme d’ordinateurs) revient à configurer ses usagers, c’est-à-dire à intégrer dans le dispositif une définition de l’identité des usagers ainsi que différentes contraintes susceptibles d’intervenir lors de l’utilisation.”

Florence MILLERAND aborde enfin ce qui constitue à ses yeux la principale limité de l’approche de l’innovation : l’absence de considération du rôle des pratiques. Elle souligne également l’importance de la notion d’affordance qui permet d’appréhender les objets à travers leur rapport concret et matériel avec les usagers (Bardini, d’après J. J. GIBSON, 1977). Ces “virtualités” des objets proposés diffèrent selon qu’il s’agit de la « virtualité de l’usager » (représentations de l’usager que le concepteur traduit en affordances dans le dispositif) ou de la « virtualité du concepteur » (limites à l’usage fixées sous forme d’affordances que l’usager rencontre dans son utilisation du dispositif).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search