Penser les usages des technologies de l’information et de la communication : enjeux, modèles, tendances – Serge PROULX

Cet article rend compte de deux publications de Serge PROULX sur les usages des technologies de l’information et de la communication (TIC), leurs enjeux d’une part, et de l’évolution de l’étude de ces usages d’autre part.

L’auteur démarre sa communication par deux définitions simples des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) : en premier lieu, “une observation de ce que les gens font effectivement avec les objets et dispositifs techniques”, et en second lieu “une pratique sociale que l’ancienneté ou la fréquence rend normale dans une culture donnée”. Serge PROULX situe les premiers emplois de la notion d’usage dans le courant fonctionnaliste américain (avec les notions de uses and gratifications), très « média centrique ».

Il enrichit cette première approche en abordant ce qu’il qualifie d’usages sociaux, “des patterns d’usages d’individus ou de collectifs d’individus (strates, catégories, classes) qui s’avèrent relativement stabilisés sur une période historique plus ou moins longue, à l’échelle d’ensembles sociaux plus larges (groupes, communautés, sociétés, civilisations)”. il poursuit en soulignant l’importance, en matière d’observation des usages, du paradigme interprétatif, un regard flottant devant les situations sous observation.

Les 4 conditions de l’appropriation
Serge PROULX développe par la suite la notion d’appropriation des TIC. Il la resitue d’abord dans une perspective historique, rappelant que cette notion est reliée, en France et au Québec, à une sociopolitique des usages dans les années 70 et 80.

Il relie ensuite l’appropriation à 4 conditions essentielles (outre l’accès au dispositif) :
– une maîtrise technique et cognitive de l’artefact ;
– une Intégration significative de l’objet technique dans la pratique quotidienne de l’usager ;
– un usage répété de cette technologie ouvre vers des possibilités de création (actions qui génèrent de la nouveauté dans la pratique sociale) ;
– une représentation adéquate des usagers dans l’établissement de politiques publiques et en même temps pris en compte dans les processus d’innovation (production industrielle et distribution commerciale) (voir Breton et Proulx, 2002, chapitre 11).

Internet, un phénomène aux multiples impacts
Serge PROULX identifie 7 sphères de changement associés à Internet :
– dans la communication : transformation des modalités d’expression, de communication, de publication, de diffusion d’information ;
– en politique : émergence de genres particuliers d’espaces publics de discussion et de débats ;
– en matière de sociabilité : élargissement des possibilités de contact. Réduction du nombre d’intermédiaires entre les personnes et les organisations. (Shapiro, 1999) ;
– en matière d’identité – subjectivité : émergence et déplacement de nouveaux modes de construction de soi, et de production de nouvelles représentations de la société et du monde ;
– en matière de création culturelle : expérimentations susceptibles de transformer les pratiques en éducation, art et création.
– dans le domaine du travail humain : reconfiguration spatiale et temporelle des sites de travail dans les sociétés industrielles (entreprises en réseaux).
– en économie : organisation du travail – économie financière – commerce électronique – nouvelles modalités de distribution de biens informationnels – nouvelles formes de publicité – émergence de nouveaux modèles économiques? (Gensollen, 2004).

Internet, source d’entrelacement des usages
Selon l’auteur, s’agissant des usages des TIC, l’arrivée d’Internet a encore complexifié la donne : l’innovation Internet apparaît structurellement importante parce qu’associée significativement et simultanément à plusieurs ordres de changement social. La présence d’Internet a transformé les conditions d’usage des TIC, générant un entrelacement des usages plutôt qu’une concurrence entre outils de communication ou plutôt que des effets de substitution entre les nouveaux et les anciens usages. Il décrit très précisément les phénomènes à l’œuvre dans cet entrelacement :
– une mobilisation rapprochée de différents médias dans l’entretien du lien social (téléphone fixe, téléphone mobile, sms, courriel) ;
– une superposition des pratiques de communication et de consommation culturelle et de loisirs ;
– une interpénétration des sociabilités personnelles et professionnelles sous l’effet de la contraction temporelle des agendas, de la mobilité des personnes et de la portabilité des outils de communication.

Cinq courants d’interprétation des usages
Avant d’exposer sa propre théorie, l’auteur prend soin de rappeler les 5 principaux courants dans le domaine des études d’usage :
– le courant de la diffusion sociale des innovations (Rogers, 1995) ;
– les travaux portant sur la genèse de l’innovation sociotechnique (en particulier, le modèle de la traduction : Callon, 1986) ;
– l’étude des significations d’usage (qui constitue le noyau fondateur de la sociologie française des usages : Jouët, 2000) ;
– la microsociologie (ethnométhodologie, interactionnisme, pragmatique de l’action située et de la cognition distribuée : Conein, 2004) ;
– enfin, la sociopolitique et sociologie critique des usages (Vitalis, 1994) (pour une description détaillée, voir Breton, Proulx, 2002 et Proulx, 2005).

Une théorie déclinée en 5 niveaux d’interprétation
L’auteur avance sa position, postulant la construction sociale des usages comme modèle d’analyse. Sa théorie des usages est détaillée en 5 niveaux d’interprétation :
– l’interaction dialogique entre l’utilisateur et le dispositif technique : l’auteur énonce une séquence d’interactions qui caractérise la relation humain – machine lorsqu’un utilisateur humain transige avec un dispositif technique. Ces interactions sont au nombre de 4 :
> le déplacement : l’utilisateur modifie le spectre des usages sans introduire de modifications majeures dans le dispositif technique ;
> l’adaptation : l’utilisateur modifie le dispositif pour l’ajuster à son usage sans changer la fonction originelle de l’objet ;
> l’extension : on ajoute des éléments au dispositif permettant d’enrichir la liste des fonctions ;
> le détournement : l’utilisateur se sert du dispositif pour un propos qui n’a rien à voir avec les usages prévus.

– la coordination entre l’usager et le concepteur du dispositif : ces 2 acteurs du dispositif de formation apportent leur lot de représentations des possibilités du dispositif, de “virtualités » (affordances, en anglais) ;

– la situation de l’usage dans un contexte de pratiques (c’est à ce niveau que l’on pourrait parler de l’expérience de l’usager) : on prend ici en compte le contexte spécifique de pratiques sociales (travail, loisirs, famille) d’une part, et d’autre part les significations subjectives (projections, associations, cf. Mallein et Toussaint, 1994) ;

l’inscription de dimensions politiques et morales dans le design de l’objet technique et dans la configuration de l’usager ;

– enfin, l’ancrage social et historique des usages dans un ensemble de macrostructures (formations discursives, matrices culturelles, systèmes de rapports sociaux) qui en constituent les formes. On peut parler de “généalogie des usages” (cf. Mallein et Toussaint, 1994). Les TIC sont catalyseurs de rapports de force et constituent un enjeu de pouvoir au moment de leur introduction dans un contexte social et organisationnel donné (Vedel, 1994).

L’auteur termine son propos en évoquant 2 dernières pistes de réflexion :
– les usagers individuels laissent parfois la place aux collectifs d’usagers (collectifs d’usagers en ligne, groupes affinitaires, communautés interprétatives, communautés de pratique) ;
– l’observation des usages s’inscrit dans un double jeu réflexif : le chercheur est un observateur réflexif, lui-même partie de la situation observée ; de son côté, le concepteur est un usager réflexif : il est d’abord lui-même un usager du dispositif qu’il invente (Bardini, Horvath, 1995).

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search