Usages et enjeux des technologies de la communication – JAURÉGUIBERRY Francis et PROULX Serge

Conçu par un sociologue et un professeur de communication, cet ouvrage hybride propose une synthèse des travaux sur les usages des technologies de la communication pendant les vingt dernières années.

Les auteurs démarrent leur réflexion par plusieurs rappels utiles. Le premier pose le postulat que derrière les technologies se dessinent souvent des visions du monde spécifiques. Ils détaillent alors les 2 types de déterminisme (déterministe technique, déterminisme social) à l’œuvre dans la mise en avant des technologies de la communication.

Le deuxième rappel porte sur les approches classiques pour penser les usages, à savoir les notions de diffusion et d’adoption, les notions de conception et d’utilisation et, enfin, les très riches notions d’usages et d’appropriation (explicitant les écarts entre usages prescrits et usages effectifs d’une part, et les stratégies d’usagers allant du « bricolage » au détournement).

Le guide de Francis Jauréguiberry et Serge Proulx balaie ensuite la recherche sur les usages des technologies de la communication en détaillant 3 périodes distinctes.

1980-1995 : la sociologie pour seule boussole
La première de ces périodes s’étend de 1980 à 1995. Les études de cette période était fortement mono-disciplinaire et ne s’appuyait que sur une seule discipline, la sociologie. Elles se caractérisaient par des analyses qualitatives sur ce que les gens faisaient effectivement avec les objets communicationnels (magnétoscope, répondeur, etc.).

Ces travaux adoptaient une perspective critique basée sur 4 catégories analytiques distinctes :
– la notion d’usage d’un objet technique (emploi relativement autonome de l’objet technique par le sujet humain) ;
– la notion de pratique quotidienne d’un individu ou d’un groupe (pratique personnelle, pratique sociale) ;
– la notion de représentations de la technique (perception de l’objet technique par l’usager par ses caractéristiques matérielles, sensibles, apparentes de l’objet / par les représentations mentales (mental mapping) et sociales que l’utilisateur en a) ;
– enfin, la notion de contexte (social, culturel ou politique), c’est-à-dire de cadre socioculturel ou sociopolitique avec ses caractéristiques particulières, conjonturelles et globales).

Durant cette période, un certain nombre de notions sont apparues comme celles « d’alphabétisme informatique » ou « d’appropriation sociale des technologies ». Développée par les auteurs de ce guide, cette dernière notion s’est élargie à une problématique plus globale de l’appropriation sociale des technologies de l’information et de la communication. L’attention se porte sur une intériorisation progressive des compétences techniques et cognitives à l’œuvre chez les individus et les groupes qui manient quotidiennement ces technologies.

Selon les tenants de cette approche, 5 conditions sont nécessaires pour la réalisation de l’appropriation d’une technique (si l’on excepte le pré-requis de l’accès au dispositif technique) :
– la maîtrise technique et cognitive de l’artefact ;
– l’intégration significative de l’usage dans la pratique quotidienne de l’acteur ;
– l’utilisation répétée du dispositif technique ouvrant vers des possibilités de création dans la pratique sociale ;
– la médiation par une communauté de pratiques, sources d’échange (producteurs d’intelligence collective comme les communautés d’utilisateurs) ;
– l’appropriation ne peut pas être seulement individuelle, elle doit avant tout être « sociale » : les usagers doivent être représentés par des porte-paroles dans l’établissement de politiques publiques et pris en compte dans les processus d’innovation au sein des entreprises.

Ce dernier point a notamment été développé par P. Mounier (2006) qui détaille cette appropriation à un triple niveau :
– au niveau individuel : l’individu agit de façon à ce que l’innovation corresponde à sa personnalité et recherche un sens personnel ;
– au niveau du groupe d’appartenance : les cultures de métier, des classes d’âge et de milieux jouent un rôle fondamental dans l’appropriation ;
– enfin, au niveau de la culture (au sens géographique de culture régionale et nationale), une piste encore peu exploitée. Une exception notable, les travaux de Victor Scadigli qui montrent qu’une même innovation technique peut faire l’objet d’un mode d’adoption différencié selon les caractéristiques culturelles spécifiques de l’environnement dans lequel elle est implantée.

1995-2010 : une profusion de pistes d’interprétation des usages
À l’inverse de la précédente, la période suivante est ostensiblement multidisciplinaire, à l’image des travaux de Serge Proulx (2001) qui propose plusieurs pistes nouvelles pour comprendre les usages :
– une articulation avec les travaux sur l’innovation pour penser la coordination entre les pratiques des concepteurs des objets et celles des usagers ;
– une prise en compte des travaux en cognition sociale, développant notamment l’hypothèse de la cognition distribuée (usage des dispositifs dans un contexte organisationnel donné). Selon Serge Proulx et d’autres auteurs ((Feenberg, 2004), l’usage d’un dispositif technique comporte une signification sociale qui ouvre vers un horizon culturel et politique.

Cette période interdisciplinaire propose 5 niveaux d’interprétation pour analyser les usages :
une approche centrée sur l’interaction entre l’utilisateur et le dispositif : s’appuyant sur l’interaction dialogique utilisateur / dispositif technique (Human-Computer Interaction – HCI), cette approche met en avant les possibilités de déplacement, d’adaptation, d’extension et de détournement par l’usager ;
une approche centrée sur la coordination entre l’usager et concepteur (cf. Serge Proulx, évoqué plus haut) et des potentialités perçues (affordances). Cette approche évoque spécifiquement un double jeu de représentations : celles que l’usager se fait du dispositif à travers sa pratique des interfaces, et celles du concepteur à l’égard des utilisateurs potentiels du dispositif qu’il élabore. Avec tous les risques de décalage que cela peut comporter : “Les concepteurs peuvent produire des bijoux technologiques mais souvent inadaptés à la culture de ceux qui auront à s’en servir”. À ce titre, les exemples fournis d’implantation réussie d’une innovation par co-conception ou d’implantation ratée par clivage sont particulièrement parlants. En parallèle, des travaux invitent à redéfinir les rôles avec les notions d’usager-innovateur (travaux de E. von Hippel en 2005) et d’utilisateur-concepteur (travaux de Hugh MacKay en 2000) ;
un usage situé dans une quotidienneté : les pratiques quotidiennes sont sources de production des significations d’usage. Ici seront détaillées les pratiques des agents et des collectifs dans l’environnement équipé (description complète de l’expérience de l’usager individuel ou collectif) ;
un objet technique prescripteur de normes politiques et morales : des dimensions politiques et morales inscrites dans le design de l’objet technique. Dans ce cadre de réflexion sont développées plusieurs idées, celle selon laquelle la conception de l’objet technique entraînerait une configuration de l’usager et celle selon laquelle le dispositif exercerait un pouvoir dans la gestion des associations entre humains ;
les formes socio-historiques de l’usage : cette piste rappelle l’ancrage social et historique des usages, les séries et séquences structurelles (logiques) constituant les formes sociohistoriques de l’usage et générant une “généalogie des usages”.

Aujourd’hui : l’avènement de l’usager-acteur
Sur un plan global, les travaux sur l’observation des usages adoptent des orientations ethnographique au nombre de 4 :
– le modèle de la cognition distribuée (Hutchins, Norman) ;
– la théorie de l’activité (Vygotsky, Engeström) ;
– les courants d’inspiration ethnométhodologique (analyse de conversations, action située, working places) ;
– les développements récents de la sociologie des sciences et des techniques (avec, notamment, la théorie de l’acteur-réseau, les agencements socio-techniques…).

La période actuelle se caractérise plus précisément par de nouvelles perspectives :
les conditions d’observation des situations d’usage se sont complexifiées avec, notamment, le constat que les équipements numériques sont aujourd’hui soumis à un régime d’innovation permanente (Permanently Beta) ;
l’utilisateur relativement naïf décrit dans les précédentes périodes est devenu un usager aux compétences propres : il/elle a une maîtrise relative du dispositif technique, possède une relative autonomie, se comporte davantage comme “un acteur en situation” définissant le contexte de ses actions, mobilisant ou pas les TIC et assumant des identités plurielles en fonction des situations (conjugale, familiale, professionnelle, publique). Les chercheurs (Proulx, Poissant, Sénécal, 2006) voient même apparaître “l’usager collectif” ou les communautés virtuelles d’usagers (émergence de l’idée de « Collaboratique » – Computer-Supported collaborative work – CSCW) ;
le regard de l’observateur s’en trouve modifié par cette transformation des figures de l’usager. La centralité du point de vue de l’observateur sur l’usage des technologies par l’agent humain a été abandonnée. Désormais, l’observateur décrit l’activité en situation et le contexte est défini de manière différenciée (a priori par l’observateur dans une approche classique, ou par les acteurs eux-mêmes dans une approche pragmatique).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search