L’innovation pédagogique en question : analyse des discours de praticiens – Denis LEMAÎTRE

Profitant d’un colloque de l’enseignement supérieur, l’auteur a tenté d’explorer les différentes conceptions de l’innovation pédagogique chez les praticiens pédagogues présents pour l’événement (enseignants, enseignants-chercheurs, conseillers pédagogiques, responsables pédagogiques, responsables de formation).

En guise de préliminaire, Denis LEMAÎTRE rappelle que le thème de l’innovation est relativement récent : il est en effet apparu dans la seconde moitié du XXe siècle (depuis l’après-guerre outre-Atlantique et depuis les années 60 en Europe). Il pose le constat que l’innovation est « le fait d’une société d’inspiration capitaliste qui valorise l’initiative individuelle et une certaine confiance dans le changement ». Selon l’auteur, l’innovation repose sur des présupposés idéologiques : il rappelle que toutes les formes d’organisation et de régulation des rapports humains sont fondées sur des valeurs, des normes et des hiérarchies portées par les cultures institutionnelles.

Par voie de conséquence, la valeur même d’innovation est loin d’être neutre : elle s’est même progressivement imposée comme valeur de référence dans les discours des politiques, prenant la place de l’idée de progrès : “L’idée de progrès, avec ses finalités lointaines et universelles, est remplacée par ce pragmatisme de l’ici et maintenant, à l’échelle des individus ou des petits groupes, autour d’innovations ponctuelles relevant de la contingence des situations.” (p. 5).

Innovez, c’est un ordre…

Il résulte de ce contexte historique et politique ce que l’auteur dénomme une “injonction à l’innovation », présente aussi bien dans les politiques éducatives institutionnelles que dans les objectifs de formation et les pratiques pédagogiques des enseignants.

Cette injonction s’est installée progressivement, d’abord dans le monde anglo-saxon puis dans le monde francophone  et les textes sur l’innovation se sont attachés à décrire des produits nouveaux ou des actions entreprises (Lison C. et Jutras F., 2014). Cette approche historique révèle que le mot innovation peut recouvrer des réalités très différentes selon les contextes, mais aussi selon les postures des pédagogues.

Dès le début de l’article, Denis LEMAÎTRE constate que « l’injonction à l’innovation devient une donnée non remise en question (p. 2) ». On ne se demande pas pourquoi innover, mais comment ; on cherche des réponses praxéologiques, orientées vers l’action et l’efficacité tout en rejetant les pédagogies dites de la transmission (identifiées sous le terme de « magistralité »). Les finalités éducatives sont généralement masquées par les impératifs de l’efficacité pratique, du rendement et de la satisfaction des clients (les étudiants). L’auteur rappelle l’existence d’un « marché concurrentiel imposant le principe de l’efficacité immédiate et visible » (p. 5). Cette évolution ne va pas sans réaction et l’auteur pointe une « logique culturelle de l’humanisme qui s’oppose à une logique professionnelle de l’efficacité (p. 17) ».

Plus clairement encore, il souligne le passage du paradigme de l’enseignement au paradigme de l’apprentissage et les pédagogies actives deviennent le modèle dominant. On favorise l’activité des étudiants, on intensifie l’interaction et l’interactivité en classe et hors classe et on s’appuie sur une conception constructiviste et positiviste des apprentissages (apprentissage des étudiants à partir de leur propre activité en situation et sous une forme collaborative). Les fondements théoriques d’une tele approche sont à chercher du côté des autoconstructivistes (Piaget) et des socioconstructivistes (Vygotski).

L’auteur évoque même, à la suite de Martucelli (2016), un « nouvel imaginaire du changement » qui caractérise l’injonction à l’innovation, autour de l’adaptation aux circonstances locales et temporelles des situations rencontrées par les acteurs.

L’innovation, une transformation aux facettes multiples

Après cette contextualisation, l’auteur s’attaque à l’idée même d’innovation,  au sens large. Il s’appuie en premier lieu sur les définitions construites par d’autres chercheurs, à commencer par F. Cros qui définit l’innovation à la fois comme « un changement selon une action finalisée qui s’inscrit dans un processus » et « un changement, une transformation, une nouveauté non limités aux objets concernés par les processus » (F. Cros, 1997, l’innovation en éducation et en formation, pp. 127-156). Très concrètement, l’innovation peut se traduire par une transformation de programme d’enseignement, d’organisations institutionnelles, de pratiques ou la naissance d’un état d’esprit partagé, d’un « agir innovationnel » (F. Cros, 2007).

D’autres auteurs viennent compléter cette approche en définissant l’innovation comme une « transformation intentionnelle d’états » (B. Albero, M. Linard, J.-Y. Robin, 2008, pp. 198-199). Selon ces auteurs, l’innovation peut se caractériser selon la nature de l’objet, le secteur d’application, l’objectif poursuivi, la source de motivation, la source d’initiative et de décision, le mode de gestion et de développement, la durée de vie et – une dimension intéressante à creuser – le « degré d’insolence et de perturbation produite pour l’organisation ».

L’innovation, une « novation » en contexte

Denis LEMAÎTRE livre ensuite sa propre approche de l’innovation. Il distingue d’abord 2 concepts : la novation (« une invention, une nouveauté certifiée et objective » – p. 33) et l’innovation (« une démarche d’implantation d’une novation dans un milieu donné, différent de celui d’origine », « novation contextualisée » – p. 34). Il qualifie ensuite les innovations de pratiques inédites, rompant avec les usages antérieurs au sein des institutions considérées et les restreint à « toutes les situations dans lesquelles les enseignements, dans leur établissement, mettent en place en les adaptant des méthodes déjà connues » (p. 4). Sous cette appellation, il range les apprentissages par projets ou par problèmes, les classes inversées, les recherches collaboratives et les outils numériques, ces derniers prenant une importance tout particulière dans les dispositifs.

L’auteur observe que l’innovation peut être centrée sur l’action (une démarche très fréquente), sur la recherche de solutions efficaces pour répondre à des problèmes de terrain. Dans les démarches pédagogiques innovantes, l’orientation est souvent pragmatique et instrumentale et aboutit à la production d’artefacts nouveaux et jugés comme efficaces selon une utilité à court terme. Denis LEMAÎTRE souligne également que l’innovation poursuit des objectifs précis : a minima, s’adapter à de nouveaux étudiants, et même rendre les étudiants innovants.

La réflexion sur l’innovation pédagogique… n’est pas nouvelle

S’intéressant à la réflexion sur l’innovation pédagogique chez ses pairs, l’auteur constate le faible recours aux travaux théoriques sur l’innovation pédagogique. Il évoque même la “candeur des enseignants quand ils découvrent les terres, qu’ils croient vierges, de la réflexion pédagogique », voire “une forme d’amnésie qui caractérise les usages ».

Il pointe plus précisément les limites des recherches en innovation pédagogique : la très grande majorité des écrits sont descriptifs et normatifs, on constate une quasi absence de théorisation sur les innovations pédagogiques et, plus problématique encore, une « confusion sur le plan méthodologique entre indicateurs, composantes et variables » (tendance à la conceptualisation non étayée, indicateurs non reliés à des concepts).

Dans la littérature, il distingue 5 niveaux d’innovation :
– au niveau environnemental (autour de l’institution) ;
– au niveau institutionnel ;
– au niveau organisationnel (département ou service en charge de l’activité) ;
– au niveau opérationnel (celui de la classe) ;
– au niveau individuel (professeurs, étudiants).

L’innovation pédagogique, des angles multiples… et des contradictions

En préambule à sa propre réflexion, Denis LEMAÎTRE rappelle les différents à prendre en compte pour étudier l’innovation pédagogique. Celle-ci peut se considérer :

– au plan de l’institution,
– au plan des acteurs (enseignants, étudiants),
– au plan des médiations,
– au plan des apprentissages,
– au plan des outils,
– au plan des l’évaluation,
– au plan des effets.

Dans le même esprit, il définit une typologie des innovations qui peuvent être :
– technologiques : moocs, spocs, classe virtuelle, télécollaboration, travail à distance, simulation, serious games, podcasts… ;
– curriculaires (les programmes) ;
– pédagogiques : auto-apprentissage, fablabs, votes en amphithéâtre, méthodes « agiles », cartes conceptuelles, classe inversée, classe renversée, systèmes de gestion de groupe.

Denis LEMAÎTRE brasse également un certain nombre d’idées autour de l’innovation pédagogique :
– l’innovation est un usage social, à repenser comme tel ;
– l’innovation traduit en creux un rapport à l’innovation qui peut être très variable et doit être analysé ;
– l’innovation intervient souvent à la suite d’événements déclencheurs : rupture, instabilité, écarts, réactions en retour, apparition de nouveaux outils (le numérique) ;
– l’innovation induit la fin du monopole de la transmission des savoirs avec, en corollaire, les thèmes de la dépossession, de la perte d’un statut et de l’évolution des rôles de l’enseignant (fonction d’animation ? fonction de retour, de feedback ? fonction de guide de recul critique ?) ;
– l’innovation, enfin, suppose de réfléchir à l’intérêt pour l’innovation et à l’appropriation (Latour et Callon).

Enfin, le propos de Denis LEMAÎTRE est émaillé de questions de fond qui sont autant de pistes de réflexion (et de relativisation) sur le « dogme » – notre idée – de l’innovation pédagogique :

– « A quelles conditions une pratique pédagogique nouvelle est-elle considérée comme innovation ? » (p. 2) ;
– « Quels principes, quelles valeurs et quelles finalités éducatives animent les démarches d’innovation ? » (p. 2) ;
– « Comment se fait-il que, malgré les investissements – matériels et humains – importants réalisés par les institutions universitaires, ces dispositifs numériques restent pédagogiquement pauvres, loin d’être l’innovation tant attendue pour l’apprentissage ? » (p. 52) ;
– « La dynamique mise en place autour de l’innovation peut être révélatrice d’une absence de volonté de changement et peut donc constituer un frein au développement pédagogique des enseignants » (p. 447).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search