Les ficelles du métier – Howard BECKER

Rassemblées par le professeur et chercheur américain Howard Becker, Les ficelles du métier méritent bien leur nom. Combinant profondeur théorique et application pratique, l’ouvrage balise efficacement toutes les étapes de la recherche en sciences humaines.

Déjà assez ancien (30 ans cette année puisqu’il a été rédigé en 1988), l’ouvrage d’Howard Becker, Les ficelles du métier, étonne à plus d’un titre : son ton volontiers décalé prend souvent à partie le lecteur, ses exemples très américains et un peu datés restent évocateurs et, surtout, la méthodologie qu’il propose pour démarrer une recherche en sciences humaines reste étonnement d’actualité.

L’ouvrage démarre par définir… les définitions elles-mêmes qui, selon lui, n’existent qu’à travers un réseau de relations au sein duquel les définitions sont créés. Comment, par exemple, définir un groupe ethnique sans évoquer tous les autres groupes ethniques auxquels il n’appartient pas ? Becker poursuit cette clarification à la définition des ficelles au cœur de son ouvrage, “la “manière dont on aborde les choses (données trouvées, par exemple) et dont on les utilise pour formuler de nouvelles questions sur la base de ce qu’on a découvert”.

Quatre pôles pour la recherche
Le livre de Becker s’attaque ensuite au cœur de son propos, des techniques pour aborder un travail d’investigation en ressources humaines autour de 4 pôles précis et incontournables de toute recherche : les représentations, les échantillons, les concepts et la logique pour articuler les 3 premiers pôles. Pour Becker, la recherche se résume par un constant aller-retour entre ces 4 pôles.

Les représentations
Elles agissent comme un filtre, parfois inconscient, entre le chercheur et la matière qu’il souhaite étudier : ils les définit comme “la manière dont nous nous représentons ce que nous apprêtons à étudier, … dont se forment les images que nous nous faisons de ce à quoi ressemble cette partie spécifique du monde social, … et de ce à quoi ressemble le travail du sociologue.” Pour Becker, cette “représentation sous-jacente du monde est identifiable par un ensemble de prémisses” et “tout traitement méthodologique digne de ce nom doit donc inclure  un travail d’identification et d’évaluation de ces prémisses” selon Blumer.

Becker distingue les représentations substantives et les représentations scientifiques. Les premières sont liées aux images et stéréotypes du chercheur, mais aussi aux théories et croyances de son cercle professionnel sur la sphère et le public à étudier. Selon lui, ces représentations “déterminent nos idées de départ, les questions que nous nous posons pour les vérifier et les réponses que nous trouvons plausibles”. Les secondes peuvent pallier ce biais par des connaissances dûment établies et c’est dans ce domaine que Becker commence à proposer ses premières ficelles : ficelles de “l’hypothèse zéro” et du “comment“ et pas du “pourquoi” – deux parmi les plus intéressantes –, de la société comme machine, de la société comme organisme, du processus ou de la causalité.

Les échantillons
Cette partie de l’ouvrage s’attaque au problème d’échantillonnage et, selon Becker, à “la nécessité de définir nos échantillons de manière à maximiser les chances d’apparition d’au moins quelques cas susceptibles de perturber notre système et et de nous pousser à remettre en question ce que nous croyons savoir”. Pour cette partie, il procède en 2 temps :
– il recense les questions génériques liées à l’échantillonnage : est-ce que l’échantillon choisi peut représenter le tout, de quelle manière les parties d’un tout complexe peuvent-elles révéler le plan d’ensemble, quelle est la gamme de toutes les variantes d’un phénomène donné, où arrêter l’échantillon, quelle dose de détails retenir, quelle dose d’analyse appliquer…
– fidèle à son habitude, il égrène ensuite 5 “ficelles” : celle de la machine (on déduit l’organisation de la machine à partir de quelques pièces), de la description brute, du hors cadre (s’intéresser ce qui ne cadre pas pour, comme le dit joliment Robert Morris, “Voir, c’est oublier le nom des choses que nous regardons”), ficelles du “Tout est possible” et des données.

Les concepts
L’intérêt de cette étape est résumée par Becker en une phrase : “Comment formuler ce que nos échantillons nous apprennent sous la forme d’idées plus générales ?” Plus précisément, il s’agit à ce stade de formuler “des propositions générales portant sur des classes entières de phénomènes plutôt que des propositions portant sur des cas spécifiques”.

Cette partie de l’ouvrage est particulièrement riche et difficile à résumer. L’essentiel, pour Becker, est de laisser le cas définir le concept, les données récoltées constituant, selon Becker, “la réponse à une question encore non formulée”. Dans ce domaine, une de ses ficelles est la suivante : qu’est-ce que j’ai trouvé grâce aux données récoltées ? Si je retire les mots très spécifiques pour les remplacer par des mots plus généraux, qu’est-ce que ça donne ? Deux autres ficelles viennent compléter cette technique :
– replacer tout terme qui semble décrire une personne ou un groupe dans le contexte du système de relations auquel il appartient ;
– séparer ce qui est central à notre vision d’un phénomène de l’exemple particulier dans lequel notre vision est enchâssée.
Becker caractérise les concepts comme des façons de résumer les données, celles-ci permettant de formuler des idées plus complexes puis d’accéder à des problèmes plus larges et à d’autres aspects à incorporer à l’analyse.

La logique
Cette dernière partie aborde la manière de “manier les idées grâce à des méthodes de logiques plus ou moins formelles”. La proposition de Becker est “chercher la majeure cachée” – la majeure étant pour lui une dimension principale, une vérité générale – et la mineure étant un fait supposé. Il s’appuie ensuite sur ce qu’il appelle des “tables de vérité”, c’est-à-dire un traitement croisé de variables qualitatives dans toutes les combinaisons possibles. Il présente ensuite différentes méthodes d’analyse : analyse des espaces de propriété (AEP), analyse qualitative comparée (AQP) ou encore induction analytique. Becker termine en évoquant son ultime ficelle : repérer les “discours étranges” – ce qui ne cadre pas est souvent riche d’enseignements.


Vous aimerez aussi...