L’innovation pédagogique – André TRICOT

Le propos original du livre d’André Tricot est de démythifier l’innovation pédagogique. Pour y parvenir, il balaie 9 idées (ou mythes, donc) souvent véhiculées pour justifier le caractère innovant d’une démarche de formation et, sur la base des recherches actuelles, détermine en quoi chacune d’entre elles apporte du neuf  dans la formation.

André Tricot commence par une démystification de taille : selon lui, la plupart des idées “novatrices” en pédagogie… ne sont pas vraiment innovantes et reprennent des grandes idées déjà explorées. Il affirme même que “les seules innovations pédagogiques – “souvent simplistes” – observables au cours des dix ou vingt dernières années sont microscopiques et ne concernent que de petits détails”.

Sa deuxième affirmation importante consiste à dire que l’être humain privilégie naturellement le mode d’apprentissage hérité de l’enfance, à savoir un apprentissage adaptatif qui lui permet de s’adapter à son environnement et aux changements de celui-ci. Cet apprentissage adaptatif repose selon André Tricot sur le jeu, l’exploration de l’environnement (par la découverte, la manipulation, les projets) et l’interaction entre pairs (le travail en groupe). Les innovations pédagogiques tentent simplement, depuis plusieurs siècles, de réutiliser ces moteurs et augmenter l’intérêt des participants et leur degré d’implication.

Mythe 1 : faire manipuler permet de mieux apprendre
Faire manipuler est surtout pertinent quand la connaissance à apprendre est un savoir-faire, quand les participants comprennent ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Quand l’objectif est d’acquérir une connaissance notionnelle, c’est le fait d’être actif cognitivement qui est important. Enfin, faire manipuler les participants ne doit pas constituer une exigence hors de leur portée.

Mythe 2 : les élèves apprennent mieux quand ils découvrent par eux-mêmes
L’idée est que le participant doit découvrir par lui-même la solution à un problème et identifier clairement quelle connaissance lui a permis de résoudre le problème – alors, il apprend. Cette méthode est très exigeante et peut conduire à l’échec pour de nombreuses raisons. Le fait d’expliquer la solution du problème au stagiaire constitue une étape très importante pour l’apprentissage. Le stagiaire résoudra le problème dans un deuxième temps.

Mythe 3 : s’appuyer sur l’intérêt des élèves améliore leur motivation et leur apprentissage
On sait depuis des siècles que l’intérêt des élèves est une composante importante pour l’apprentissage, nécessaire mais pas suffisante. Il est possible d’agir sur l’intérêt des stagiaires en concevant des situations qui ont du sens pour eux, qui leur permettent de comprendre pourquoi ils vont apprendre cette connaissance, en proposant des activités intéressantes, ludiques (mais pas gratuites, au service de l’apprentissage visé), en choisissant des exemples et des exercices qui illustrent l’utilité de la connaissance et les progrès qu’elle permet de faire.

Mythe 4 : les élèves apprennent mieux en groupe
Travailler en groupe – une idée pédagogique majeure du XXe siècle – peut à la fois augmenter l’exigence de la tâche et l’implication des stagiaires. Sa mise en œuvre dans la classe implique que l’on sache identifier comment, pour quelle tâche et au service de quel apprentissage il est conçu. Les tâches pour lesquelles le travail en groupe peut fonctionner sont celles où ce travail en groupe est nécessaire, par la nature même de sa tâche, par sa complexité ou par sa difficulté.

Mythe 5 : la pédagogie par projet donne du sens aux apprentissages
La pédagogie par projet, une technique plusieurs fois centenaire, est utilisable dans des contextes très différents et sur un temps long. Difficile à évaluer, elle semble toutefois permettre aux stagiaires de s’impliquer et leur perception a posteriori est très positive. Les projets sont aussi des situations très exigeantes qui peuvent générer des difficultés importantes.

Mythe 6 : les situations de classe doivent être authentiques
À la fois intéressantes et difficiles à mettre en œuvre, les situations authentiques peuvent être trop complexes. Un équilibre doit être trouvé entre l’implication des stagiaires, améliorable grâce aux situations authentiques, et les ressources attentionnelles disponibles qui peuvent être diminuées par ces situations. Le risque est la confusion entre le but de l’enseignement (qui est d’emmener les stagiaires jusqu’à ce qu’ils soient capables de traiter telle situation), et le moyen qui n’est pas de les confronter directement à cette situation complexe.

Mythe 7 : il faut inverser la classe : les apports notionnels à la maison, les applications en classe
Cette approche fournit l’occasion de réfléchir à la complémentarité entre le travail en classe et celui hors de classe. Organiser le temps, l’espace sont des composantes centrales pour les enseignants comme pour les stagiaires.

Mythe 8 : le numérique permet d’innover en pédagogie
Ces outils peuvent faire évoluer les pratiques, les contenus d’enseignement et la façon dont les stagiaires réalisent certaines tâches. Cet ensemble d’innovations pédagogiques est bien moins rapide que prévu et il est impossible aujourd’hui de savoir si elles améliorent les apprentissages de façon générale. On ne peut évaluer leurs effets qu’au cas par cas.

Mythe 9 : l’approche par compétences est plus efficace
La notion de compétence permet d’attirer l’attention sur le couple tâche/connaissance, elle est aussi utile pour définir les buts et le déroulement d’un enseignement, pour analyser les difficultés des élèves. Sur le plan pratique, elle ne résout pas toutefois les difficultés des enseignants quand ils l’utilisent pour évaluer en quoi un stagiaire est compétent ou pas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.