La classe renversée – Jean-Charles CAILLIEZ

Avec La classe renversée, Jean-Charles CAILLIEZ transmet sa passion de la pédagogie, contenue tout entière dans la pratique d’une démarche innovante qui pousse élèves comme professeurs hors de leur zone de confort. Mais c’est pour la bonne cause : gagner en efficacité et en plaisir !

Clair, didactique – c’est la moindre des choses – et imprégné de la passion de son auteur pour la pédagogie, l’ouvrage de Jean-Charles CAILLIEZ détaille sa propre expérimentation de la classe renversée, résumée par une accroche volontairement excessive et provocatrice : “Les élèves font tout et le prof ne fait rien !”

La lecture de ce livre révèle que comme beaucoup de démarches innovantes et créatives, la pratique de la classe renversée exige beaucoup d’anticipation et de préparation pour assurer sa fluidité et son appropriation par des participants déboussolés par cette approche encore peu conventionnelle, remettant en question les postures des élèves comme des professeurs. L’auteur n’élude pas cette “appréhension bien légitime que tout individu manifeste (…) face à l’innovation, face à l’inconnu, face à la gestion de l’incertitude par rapport à soi-même”.

Affronter les réticences
Avant d’entrer dans le vif du sujet, Jean-Charles CAILLIEZ prend donc soin d’expliquer la démarche de la classe renversée (aussi appelée la pédagogie du Do It Yourself ou DIY par l’auteur), sa finalité – “redonner du sens à la présence” – et la nécessité d’affronter les réticences, larvées ou explicites, qui apparaissent dans les premiers stades et qu’il cite très régulièrement comme autant d’éléments de réflexion et d’optimisation de cette démarche.

Face aux étudiants, ses arguments majeurs sont l’efficacité et la professionnalisation. Puisque ces participants seront amenés à produire eux-mêmes les contenus, ils seront plus à même de les retenir, mais aussi de les contextualiser, de les critiquer, de les mettre en lien avec d’autres apports. D’autre part, être capable d’aller chercher les bonnes infos, par soi-même ou en équipe, avec la plus grande efficacité et le bon discernement fait appel à des compétences très prisées par de futurs employeurs en recherche d’adultes en responsabilité.

Jean-Charles CAILLIEZ rentre ensuite dans le détail de la méthode ; le “casting idéal” ou la composition des groupes, la salle de classe “intelligente” ou la composition d’un espace de cours adapté à une démarche plus créative, les nouvelles règles du jeu… Il détaille aussi les nouvelles postures toujours sur un ton provocateur (“Le professeur-élève”, “Tricherie obligatoire !”, “Des devoirs à la maison pour le prof !”) pour faire passer plus rapidement son propos.

L’évaluation peut elle aussi évoluer
L’auteur consacre plusieurs chapitres à l’évaluation, point de tension prévisible dans un processus d’éducation encore très fortement institutionnalisé. Cohérent avec sa démarche innovante, il suggère plusieurs pistes comme “le devoir 100% DIY ”(auto-produit et évalué par les étudiants), “le devoir qui ne finit jamais”, l’évaluation par vote pondéré, par carte mentale, l’auto-évaluation ou l’adoption de scores en guise de notes.

Jean-Charles CAILLIEZ livre enfin des pistes “pour renverser ou inverser” et pour peaufiner la démarche, notamment en composant un mixte “renversé-inversé” – la classe inversée se contentant “juste” de transmettre supports de cours et contenus théoriques avant la classe qui sert alors à vérifier les acquisitions et à travailler des études de cas. Ce mélange idéal peut même comporter une part d’enseignement classique que la démarche de classe renversée n’a pas vocation à supprimer totalement, rappelle l’auteur. Il insiste aussi, en conclusion, sur l’évidente complémentarité entre les matières classiques et les démarches pédagogiques innovantes comme la classe renversée, comparant les premières à des troncs d’arbres et la seconde à la canopée fertile qui relie, par une dynamique interdisciplinaire, ces matières entre elles.

Trois pistes de réflexion
Ce livre sert la réflexion pour ma recherche de 3 manières :
– il fournit une illustration de ce que peut être une démarche pédagogique innovante servie/déclenchée par les outils digitaux (au premier rang desquels Internet, source des informations collectées par les étudiants, mais aussi les plate-formes collaboratives pour les multiples échanges) ;
– il détaille les réticences enregistrées de part et d’autre, du côté des étudiants comme des professeurs, face à une démarche pédagogique innovante, un matériau précieux pour moi qui souhaite explorer les conditions d’appropriation de ces innovations pédagogiques pour un public précis ;
– enfin, même si la totalité de l’ouvrage est consacrée à une application de cette démarche à un public en formation initiale (et qui plus est, universitaire et donc assez institutionnelle), il ouvre une (petite) fenêtre sur la formation continue, suggérant que les adultes apprenants, qui n’apprécient plus vraiment les modèles transmissifs classiques, prisent en revanche des méthodes plus actives, “qui font passer l’apprenant du rôle de consommateur passif à celui de producteur actif de connaissances.” Une aubaine pour ma recherche !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.