Les sciences de la communication, théories et acquis – Bruno OLLIVIER

Une vision d’ensemble, à la fois théorique et pratique, des sciences de la communication : c’est ce que propose Bruno OLLIVIER dans cet ouvrage un peu daté aujourd’hui mais qui fournit de solides bases pour comprendre la discipline des SIC.

Malgré son ancienneté – il a été rédigé en 2007 –, l’ouvrage de Bruno Ollivier reste intéressant pour deux raisons : d’une part, le panorama détaillé des sciences de la communication qu’il propose aux chercheurs abordant cette discipline pour la première fois et d’autre part, la liste des hypothèses théoriques pour construire des approches interdisciplinaires en Sciences de la communication.

Ce “tour du propriétaire” se décompose en 2 grandes parties complémentaires. La première liste 4 grands paradigmes utilisés dans la discipline : les relations entre langage et communication, la question du sens, la communication au sein d’un groupe et enfin le support et les discours qu’il suscite. Par la diversité des approches et des paradigmes évoqués, Bruno OLLIVIER met ainsi en évidence la démarche pluri/interdisciplinaire propre aux sciences de la communication.

La seconde partie détaille les champs de recherche “actuels” – un qualificatif à relativiser d’emblée puisque l’ouvrage est vieux de plus de vingt ans. Cette ancienneté n’est pas un problème en soi : pour le chercheur qui aborde la discipline pour la première fois – c’est mon cas –, elle livre les fondations de cette discipline scientifique et la met en perspective. Rien n’interdit en outre, et c’est bien mon intention, d’actualiser cette connaissance des champs de recherche des SIC et de l’enrichir de nouvelles pistes. Les champs de recherche détaillés sont au nombre de 7 : de l’information au document ; la communication, lieu d’où analyser les cultures ; les médiations ; les médias de masse ; va-t-on vers une société de la connaissance ; des relations publiques à la communication des organisations ; communication et politique. Pour ma recherche dont les contours commencent tout juste à se dessiner, j’ai fait une lecture directement sélective de l’ouvrage.

Première partie : “Je” ne communique pas ou la communication au sein d’un groupe
Cette section développe plusieurs idées intéressante dans la perspective de ma recherche :
* toute communication suppose la présence de l’autre ;
* les SIC ont autant à voir avec la sémiotique qu’avec la sociologie ;
* parmi ses différents champs de recherche, la sociologie s’intéresse à l’étude des groupes sociaux, à leur constitution et à leurs relations (et, notamment, aux processus d’appartenance et d’exclusion, d’identité, de hiérarchie) ;
* parmi les 3 collectifs d’individus présentés (la foule, le groupe, l’organisation), le groupe m’a évidemment le plus intéressé pour ses caractéristiques propres (dynamique, connaissance des membres, possibilité d’éprouver des sentiments vis-à-vis des autres membres, division des tâches, micro-culture…
Les chercheurs ayant le plus contribué à cette approche des groupes en action sont utilement rappelés (Kurt Lewin, Karl Rogers, Jacob-Levy Moreno et Wilfried R. Bon). Le collectif de l’organisation peut également être une piste de réflexion en ce qu’il modèle et influence le terrain de recherche sur lequel je suis.
Enfin, un certain nombre de notions sont abordées qui peuvent éclairer les futurs développements de ma recherche, comme les notions de fait social, de conscience collective, de mémoire collective, de rituel, de structure et de marges (liminality), de groupe enfin (avec notamment les apports de Turner dans ce domaine).

Deuxième partie : va-t-on vers une société de la connaissance ?
Ce paradigme est évidemment central pour moi compte tenu de la dimension clairement pédagogique de ma recherche sous son libellé actuel.

Bruno OLLIVIER donne quelques précieux éléments de contexte autour du développement de l’enseignement à distance : une première approche parcellaire, souvent naïve, avec beaucoup d’illusions tenaces, les enjeux économiques de première importance qui l’encadrent, la confusion (involontaire ou délibérée ?) entre mise à distance d’informations et constitution de savoirs, la rareté, enfin, des informations de terrain sur cette thématique de l’enseignement à distance.

Il livre ensuite une analyse rapide mais précise sur l’enseignement à distance, soulignant le bouleversement pédagogique que génère l’enseignement à distance sur le contenu – le livre ou le discours du formateur n’est plus le seul support pour le message, “l’écrit d’écran” a fait irruption. Il détaille aussi le bouleversement social à l’œuvre : “Toutes les relations et positions sociales traditionnelles du système éducatif sont (…) mises en cause par les systèmes utilisant les TIC”. Les relations entre enseignants et enseignés bien sûr, mais aussi les relations entre les différents métiers de l’enseignement (marketing, clientèle, technique…) sont également évoquées dans un processus plus large de taylorisation de l’enseignement, redistribuant les rôles et assignant le professeur ou formateur, anciennement “tout-puissant”, au seul rôle de spécialiste du contenu.

Un catalogue d’hypothèses…
Des 200 hypothèses présentées dans cet ouvrage, glanées au fil de dizaines de travaux dans le domaine des SIC, toutes ne sont bien sûr pas pertinentes. Pour le chercheur en SIC novice que je suis, la consultation exhaustive de cette liste a l’intérêt de fournir une vue d’ensemble des idées et notions brassées par la discipline – je devrais dire l’interdiscipline.

À ce stade, la définition exacte de ma problématique de recherche étant encore inaboutie, je n’ai pu que retenir des pistes intuitivement – 8 très exactement – dont je ne sais pas encore si elles me seront utiles. Je constate simplement qu’elles tournent autour des notions de groupes et de communication, de rituels et d’interactions.

De précieux compléments pour la recherche
Comme beaucoup d’ouvrages similaires, le livre de Bruno OLLIVIER fournit un glossaire très clair dans lequel j’ai pu collecter des définitions nombreuses claires de notions en pratique dans le domaine des SIC. S’y ajoutent également quelques ouvrages de référence et, surtout, une liste conséquente de revues scientifiques qu’il me faudra actualiser et enrichir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.