Les sciences de l’information et de la communication – Les essentiels d’Hermès

Riche de définitions précises et d’une contextualisation variée des SIC, ce collectif permet d’éclaircir les bases de la discipline par une explicitation de ses origines, de ses termes et de ses apports.

Cet ouvrage collectif, coordonné par Éric DACHEUX, n’a pas usurpé sa place dans la collection des Essentiels d’Hermès : il livre une synthèse intéressante, à la fois historique et géographique, thématique et didactique de la discipline des Sciences de l’information et de la communication.

Le premier texte tente tout simplement de définir les SIC, décrites comme “une approche spécifique d’une recherche en communication mondialisée”. Son auteur, Éric DACHEUX, livre une réflexion sur la communication elle-même, phénomène profondément ambigu et ambivalent et, par voie de conséquence, la finalité de la discipline qui s’est fixée pour mission d’expliquer la communication et tous ses enjeux et de penser l’information et la communication ensemble.

L’extraordinaire hétérogénéité de l’objet étudié justifie l’approche interdisciplinaire propre aux SIC qui s’intéressent à 8 sujets d’études distincts. Dans le cas de ma recherche, 2 de ces sujets sont particulièrement pertinents : l’usage et l’appropriation des TIC d’une part, la médiation des savoirs et l’accès à l’information d’autre part.

Plus loin dans l’ouvrage collectif, un texte de Jean-Baptiste PERRET essaie de donner une définition claire des SIC, “une discipline qui s’est plus développée sur un plan pragmatique (interrogation d’objets concrets) que rationnel”. Il en dégage 3 pôles – la circulation du sens, les acteurs et pratiques sociales, les techniques – et définit les SIC comme l’étude des relations croisées entre ces 3 pôles. Au cœur de l’analyse se trouvent la dimension communication et le rapport entre information et communication.

Dans cette même perspective de définition/clarification des SIC, un troisième texte m’a semblé important, celui que Dominique WOLTON consacre à l’apport des Sciences de l’information et de la communication. Selon lui, cette discipline a déjà apporté 5 acquis à la démarche scientifique globale : la dissociation entre information et communication, celle existant entre transmission et communication, l’importance du temps et de l’expérience comme conditions de la communication, l’apport des SIC au-delà de ses compétences spécifiques – les autres disciplines devant revisiter leurs rapport à l’information, à la communication, à la connaissance, à la culture…. Un dernier acquis, présenté comme essentiel, gravite autour de la question de l’Autre, nouvel horizon de la communication : le “village global” a en effet montré ses limites puisqu’il ne s’est pas accompagné d’une compréhension/communication globale et a même vu le surgissement des identités collectives.

Moins essentiels pour ma recherche mais intéressants pour ma culture de la discipline, les autres textes traitent de la naissance des recherches en communication en France (Edgar MORIN), des enjeux de cette science en Amérique latin (Jesus MARTIN-BARBERO) ou de l’apparition du thème des Cultural Studies, détaillé par Ien ANG ou fortement critiqué par James CURRAN.

Les compléments traditionnels pour ce type d’ouvrage livrent des termes intéressants pour enrichir mon glossaire des SIC et quelques ouvrages intéressants pour ma bibliographie, notamment ceux d’HABERMAS (Théorie de l’agir communicationnel) et de MATTELART (Histoire des théories de la communication).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.