Google and the end of the teacher? How a figuration of the teacher is produced through an ed-tech discourse – Malin IDELAND

Le discours sur les technologies éducatives est-il neutre ? Malin IDELAND répond par la négative à cette question et met en évidence les construits idéologiques sous-jacents de ce discours qui remettent en question l’enseignement lui-même et prêchent pour un nouveau « modèle » d’enseignant.

L’évolution de la société suédoise sert de base de départ pour le chercheur qui y relève une part croissante de la numérisation dans tous les secteurs et dans le domaine éducatif en particulier – il parle même de marchandisation croissante de ce secteur et de système éducatif néolibéral. Il va plus loin et pointe une idéalisation de la technologie sortie tout droit de la Silicon Valley, voire un

Dans cet environnement, le chercheur se pose une question simple : comment le discours accompagnant la mise en place des technologies éducatives dessine le portrait d’un professeur idéal et comment cette représentation organise ce que nous croyons et attendons de l’éducation.

Sur la base d’entretiens menés auprès de 25 “édupreneurs” (individus vendant de l’équipement informatique, des logiciels et ou des développements professionnels), le chercheur a pu mettre en évidence chez ces personnes un profil d’enseignant idéal proche des valeurs de ”la culture Silicon Valley”. Ce type de professeur idéal coache ses élèves plutôt qu’il leur enseigne des contenus, est flexible et prêt à travailler n’importe où et n’importe quand. Il personnalise son travail pour chaque étudiant et s’adapte à ses besoins de connaissances, ses contraintes temporelles et géographiques. Enfin, la partie dite ennuyeuse de l’enseignement, l’attribution de notes et l’évaluation, est déléguée (« outsourcée » ?) à la machine, en l’occurrence la plate-forme éducative et l’intelligence artificielle.

Cette idéalisation n’est évidemment pas neutre et remet en question des éléments tels que le temps – en ligne, le temps est infini ou intemporel –, l’espace  – qui n’est plus un endroit mais devient un flux – mais aussi des composantes fondamentales de l’enseignement. Aux premiers rangs de ces dernières figurent le rôle de l’enseignant (un prof, un coach, un facilitateur, un analyste de statistiques, un chef de projet ?), l’apprentissage (déconnecté, exfiltré presque des écoles), les valeurs transmises (plutôt des soft skills comme l’innovation, la compétitivité, l’adaptabilité). De manière plus subtile, le chercheur décèle un déplacement de l’autorité – le prof n’est plus seul détenteur de la connaissance – et une évolution de l’école vers un apprentissage dans quelque lieu que ce soit, à quelque moment que ce soit.

Le chercheur suédois termine son analyse en mettant l’accent sur la question centrale de son travail – Google va-t-il tuer le prof ? Il souligne que cette évolution, comme mentionné plus haut, met une pression énorme sur cet enseignant, comme s’il était un être professionnel non abouti qui doit absolument changer. Il appelle, enfin, à la vigilance sur la façon dont les entreprises concernées – Google et les autres – sont en train de modifier le programme des technologies éducatives dans le monde entier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search