Trois infox à propos du e-learning – Élodie SOGAN, France HENRI

Publiés sur le site Innovation pédagogique, 3 articles bousculent certains des a priori sur le e-learning et mettent en avant quelques principes de bon sens pour cette modalité pédagogique.

Comme toutes les nouveautés, le e-learning véhicule son lot de fantasmes issus, selon les cas, de l’ignorance, des craintes ou des résistances des parties prenantes. Deux enseignantes chercheuses du Laboratoire d’innovation pédagogique de Fribourg, Élodie Sogan et France Henri, déconstruisent ces a priori.

Le e-learning ne convient qu’à un certain type d’étudiant
Le premier a priori dans ce domaine postule que le e-learning et la formation à distance ne conviennent qu’à un type d’étudiant en particulier. Le taux élevé d’abandon en formation à distance en serait la preuve. Pour les chercheuses, ce constat “rejette la faute sur les autres” mais renvoie en creux l’incapacité des enseignants de faire à distance ce qu’ils font en présence et d’offrir un enseignement de qualité à tous les types d’étudiants. Elles appellent de leurs vœux une remise en question identique à celle qui prendrait place pour un cours en présentiel insatisfaisant. En pareil cas, on s’interrogerait naturellement sur la qualité de l’enseignement, la disponibilité de l’enseignant, son ouverture, ses relations avec les étudiants, le programme proposé, sa structure, les besoins auxquels il répond, les prérequis nécessaires, les conditions dans lesquelles il est dispensé (nombre d’étudiants, horaires, configuration) et enfin la disponibilité des ressources nécessaires pour ce cours.

Une formation à distance n’échappe pas à ce questionnement salutaire qui doit, selon les 2 chercheuses, se focaliser sur l’environnement technopédagogique – son ergonomie, sa convivialité – et sur l’accompagnement personnalisé qui a pu être mis en place. La formation à distance n’est pas un calque de la formation présentielle et requiert un travail d’équipe avec de multiples spécialistes : du contenu, de la pédagogie à distance, de l’accompagnement des apprenants, de la médiatisation (infographiste, vidéaste, graphiste…), de la diffusion.

Le e-learning est une simple transposition d’un cours en présentiel
La deuxième de ces suppositions pose le fait que le e-learning n’est qu’une simple transposition d’un cours présentiel, une représentation qui n’est pas neutre puisqu’elle assimile le e-learning à un substitut temporaire du présentiel, une formation de second ordre et de piètre qualité pédagogique. Dans cette perspective, il s’agit juste de médiatiser des contenus existants (numérisation des ressources, captation vidéo d’exposés magistraux, mise en quiz de questions d’examen…). Le risque est une centration excessive sur les contenus, au détriment de leurs conditions d’acquisition.

Selon les chercheuses, si cette médiatisation est nécessaire, elle doit s’inscrire au préalable dans une ingénierie pédagogique plus globale, opérationnalisant des objectifs d’apprentissage définis sous la forme d’un scénario. Elles soulignent également l’importance de nourrir le lien entre les parties prenantes, de développer le sentiment de présence à distance (“apprivoiser la distance pour supprimer l’absence”). Les chercheuses approfondissent à cette occasion la notion de distance, évoquant les distances spatiale, temporelle, technologique, psychosociale, socio-culturelle, socio-économique. S’agissant de la dimension technologique, elles alertent sur les inégalités numériques qui se traduisent par des disparités en termes d’équipement technologique mais aussi d’appropriation de ces technologies et bousculent à cette occasion un autre mythe : l’aisance instrumentale ne signifie pas forcément l’acculturation.

Le e-learning est avant tout une question de maîtrise d’outils techniques
Le troisième mythe déboulonné par les chercheuses pose que la simple maîtrise des outils techniques – des technologies éducatives, donc – suffirait pour la maîtrise de la formation à distance. Ici, les chercheuses rappellent que la maîtrise des technologies par les enseignants n’est souvent “qu’une littéracie de premier niveau” qui ne leur permet pas un usage créatif et innovant. De leur côté comme de celui des apprenants, ce n’est plus tant l’accessibilité des technologies qui pose problème que leur appropriation et la nature de leurs usages. Là encore apparaît l’importance d’un accompagnement pour favoriser l’autonomie, la motivation et le sentiment d’auto-efficacité de l’apprenant pour la réussite d’une formation à distance.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search