L’évolution des théories de l’apprentissage à l’ère du numérique – Mohammed CHEKOUR, Mohammed LAAFOU, Rachid JANATI-IDRISSI

Cet article propose une synthèse claire des principales théories de l’apprentissage et mettent en avant une nouvelle approche s’intéressant aux apports des nouvelles technologies dans l’apprentissage, le connectivisme.

Dans une première partie, les auteurs passe en revue les différentes théories qui se sont succédé pour expliquer le fonctionnement de l’apprentissage chez l’homme.

Formulée au début du XXe siècle, la première, le behaviorisme de John Watson, s’inspire des travaux du physiologiste Ivan Pavlov et s’intéresse aux comportements observables, obtenus et renforcés par un ensemble de stimulus et de réponses. Dans cette approche, le numérique trouve tout naturellement sa place par le biais des exerciseurs, des quizz, des jeux éducatifs, des animations lors des formations à distance.

La deuxième théorie, le cognitivisme ou rationalisme, apparaît dans les années 1950 dans les travaux de Miller et Bruner, en réaction au behaviorisme. L’apprentissage ne peut selon eux se résumer à un enregistrement conditionné mais doit se comprendre comme un traitement complexe de l’information reçue. L’apprenant est vu comme un “système actif de traitement de l’information” et les connaissances comme une réalité externe qu’il doit intégrer à ses schémas mentaux propres, ce qui implique de multiples cheminements d’apprentissage et des stratégies différentes.

La troisième théorie d’apprentissage, élaborée entre autres chercheurs par Doolittle (1999), est le constructivisme qui s’oppose elle aussi à la précédente : selon les constructivistes, l’apprenant construit ou interprète la réalité en se basant sur la perception d’expériences passées. L’apprentissage dès lors s’opère non pas par simple empilement mais par une réorganisation de conceptions mentales précédentes. Inspirée de Piaget, cette théorie distingue l’assimilation (réintégration d’éléments externes nouveaux dans une structure interne préexistante) et l’accomodation (adaptation de l’organisme aux variations externes que l’apprenant ne parvient pas à assimiler).

La quatrième théorie, le socio-constructivisme, a été élaborée par Vigotsky en ajoutant au constructivisme de Piaget le rôle social des apprentissages. Ces derniers sont vus comme l’acquisition de connaissances grâce aux échanges entre l’enseignant et les élèves d’une part, et entre les élèves d’autre part. Selon Bruner, le modèle transmissif place l’enseignant/le formateur en position de monopole, ce qui empêche l’acquisition de l’autonomie des élèves.

La dernière théorie, le connectivisme, a été développée au début des années 2000 par les chercheurs Georges Siemens et Stephen Downes. Elle assimile l’apprentissage à un fonctionnement en réseau autour de nœuds – des informations, des données, un sentiment, une image ou encore une simulation –  et de connexions. L’apprentissage est montré comme le processus de connexions (neuronales, entre les hommes, les ordinateurs et les différents champs de savoir). Il s’en dégage 8 principes :
– l’apprentissage et la connaissance résident dans la diversité des opinions ;
– l’apprentissage est un processus reliant des nœuds spécialisés ou des sources d’information ;
– l’apprentissage peut résider dans des appareils non-humains ;
– la capacité d’en savoir plus est plus critique que ce que l’on sait actuellement ;
– entretenir et maintenir des connexions est nécessaire pour faciliter l’apprentissage continu ;
– la possibilité de voir les liens entre les domaines, les idées et les concepts est une compétence de base ;
– obtenir des connaissances précises avec la capacité de les mettre à jours est l’intention de l’apprentissage basé sur connectivisme ;
– la prise de décision est un processus d’apprentissage en soi. L’importance que l’on donne à une information est variable dans le temps, selon les modifications de l’environnement de cette information.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search