Exploring educators’ professional learning ecologies in a blended learning environment – Maria RANIERI, Mario Giampaolo et Isabella BRUNI

Cette recherche sur la notion relativement récente d’environnement d’apprentissage (learning ecology) s’attache à décrire le rôle joué par différents contextes sur cet environnement. Elle se base sur l’étude d’environnements d’apprentissage d’éducateurs dans un programme hybride dispensé en éducation supérieure.

La notion de l’environnement d’apprentissage a pour premier mérite d’élargir les contextes d’apprentissage (learning ecologies) et d’y intégrer, en parallèle de l’éducation formelle, les activités d’apprentissage informel, les expériences professionnelles, les produits culturels, les contacts personnels, les réseaux sociaux, etc.

Assez classiquement, les auteurs s’efforcent de recenser les différentes acceptions de la learning ecology, parmi lesquelles celles de Brown (“un système ouvert, complexe, adaptable comprenant des éléments interactifs et interdépendants“ – 2000) ou de Barron (“l’ensemble des contextes présents dans les espaces physiques ou virtuels qui fournissent ds opportunité d’apprentissage” – 2006). Quatre contextes peuvent être distingués selon eux : traditionnel-formel / basé sur le questionnement, les problèmes ou les projets / auto-dirigés mais accompagné / auto-dirigé sans accompagnement.

Les composants du contexte d’apprentissage/learning ecology (Jackson, 2016)

Puis cette recherche établit un lien précis entre ces contextes d’apprentissage et la construction des identités professionnelles. Dans leur échantillon d’éducateurs, les auteurs mettent en avant 4 profils : l’éducateur auto-centré (Self-referential Educator) ; l’éducateur en réflexion (Reflective Educator), centré sur lui-même mais à des fins d’auto-analyse ; l’éducateur relationnel (Relational Educator) pour qui importe surtout la relation ; enfin, l’éducateur transformatif (Transformative Educator) intéressé par l’autre, ses caractéristiques, ses compétences et attitudes.

Quel lien entre learning ecology et profil professionnel ?
L’interrogation principale de cette recherche est d’essayer de discerner la relation entre les différentes learning ecologies et les différentes identités professionnelles décrites plus haut. L’analyse des données quantitatives et des informations qualitatives recueillies aboutit aux constats suivants :
– l’éducateur auto-centré valorise l’éducation formelle et l’expérience professionnelle dans son environnement d’apprentissage ;
– l’éducateur en réflexion privilégie plutôt l’éducation informelle et les produits culturels dans son environnement d’apprentissage ;
– l’éducateur dit « relationnel » mettra plutôt en avant les collègues, les expériences professionnelles et l’éducation informelle dans son environnement d’apprentissage ;
– enfin, l’éducateur transformatif mettra l’accent sur les collègues et les expériences professionnelles dans son environnement d’apprentissage.

Sur la base de ces constats, les chercheurs distinguent les combinaisons learning ecology/identité professionnelle les plus profitables pour les apprenants, affirmant que le profil de l’éducateur transformatif est idéal à leurs yeux car se focalisant sur les conditions permettant à l’apprenant de développer son potentiel personnel. Ils remarquent, enfin, que l’éducation formelle n’apparaît pas comme un élément positif dans les contextes d’apprentissage/learning ecologies des professionnels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search