Covid-19 pandemic and online learning: the challenges and opportunities – Olasile BABATUNDE ADEDOYIN & Emrah SOYKAN

Dans cet article, les 2 chercheurs prennent acte de la migration à marche forcée des universités vers l’apprentissage en ligne du fait de la situation Covid. Ils distinguent toutefois cet enseignement à distance imposé par l’urgence d’une forme  d’apprentissage en ligne tirant profit de manière plus durable des opportunités créées par la situation sanitaire.

Les chercheurs démarrent leur article en détaillant la façon dont les institutions universitaires, les professeurs et leurs étudiants ont eu recours à l’apprentissage en ligne pour pallier les contraintes imposées aux organismes éducatifs par la situation sanitaire liée au Covid.

Une revue de littérature permet de mettre en lumière les travaux d’autres chercheurs. Ainsi, Hiltz et Turoff (2005) soulignent que l’apprentissage en ligne est un nouveau processus qui a gagné en importance comme substitut de la classe en face à face traditionnel mais que celui-ci s’avère également être un processus disruptif, perturbant. De leur côté, Kopp et al. (2019) pointent 5 facteurs qui peuvent gêner l’adoption d’un tel processus par une institution : le changement (et la résistance associée), le rythme, la technologie, les compétences et le financement. Enfin, Jobb et al. distinguent l’apprentissage en ligne et les acquis pédagogiques et qualifient cet apprentissage d’“enseignement à distance d’urgence » en décalage avec un apprentissage en ligne efficace et de qualité. Des chercheurs comme Branch & Dousay (2015) considèrent même que l’absence d’un processus soigné de conception et de développement pédagogique aboutit à un rejet de l’expérience d’enseignement/apprentissage en ligne.

L’apprentissage en ligne, un phénomène déjà ancien
Dans les universités, l’apprentissage en ligne n’est pas chose nouvelle : elle a fait son apparition dès les années 1980 et s’est pleinement épanouie dans les années 2000. Elle était vue avant tout comme une alternative qu’il était bon d’avoir mais pas comme un mode pédagogique sérieux garantissant la stabilité des activités éducatives. La crise sanitaire a évidemment tout changé, cette solution prenant une dimension obligatoire avec les contraintes physiques imposées par la situation. La migration vers ce nouveau modèle s’est effectuée parfois avec l’aide d’organismes extérieurs (écoles plus avancées sur le sujet, entreprises, organismes), avec des outils (plates-formes éducatives) eux aussi extérieurs ou parfois internalisés.

Dans ce processus de migration, les problèmes à résoudre ne manquent pas : problèmes logistiques, techniques (outils obsolètes), psychologiques (anxiété liée au Covid pour les étudiants et effets négatifs sur leurs résultats), impréparation des enseignants pour fournir à distance un enseignement de qualité, difficultés économiques des étudiants affectant leurs moyens matériels pour suivre les apprentissages à distance. D’autres problèmes sont venus s’ajouter à cette liste déjà longue, parfois inattendus (intrusion des membres de la famille ou des animaux domestiques dans la session d’apprentissage en ligne), compétence numérique limitée ou insuffisante (côté étudiants comme côté professeur), charge de travail personnel plus importante (là encore, des 2 côtés), difficulté de contrôler et d’évaluer les étudiants à distance et, sur le fond, l’incompatibilité de certains contenus pédagogiques (exercices pratiques, manipulation) avec l’enseignement/apprentissage à distance.

Toutefois, l’apprentissage/enseignement en ligne n’a pas que des désavantages et les qualités propres à cette modalité pédagogique – flexibilité, interactivité, choix du rythme d’apprentissage – sont appréciés par beaucoup selon les auteurs. Cette migration à marche forcée appelle également à engager de nouvelles recherches, notamment sur la création de nouveaux modèles pédagogiques, la redéfinition du processus d’apprentissage, la réduction de la charge de travail des enseignants. Elle doit entraîner aussi, selon les chercheurs, un soutien socio-économique des étudiants pour faciliter l’inclusion numérique des apprenants les plus défavorisés.

Une migration improvisée
Selon les auteurs, les technologies éducatives ont eu un effet d’amortisseur s’agissant de l’impact de la pandémie sur les activités éducatives : elles ont fourni une plate-forme unique la conception pédagogique, la diffusion des cours et l’évaluation. Mais le processus de migration du tout présentiel vers le tout distanciel a révélé l’absence d’une planification, d’une conception et d’un développement de programmes éducatifs en ligne appropriés à la situation de la pandémie. Cette évolution dans l’urgence s’est effectuée sans prendre connaissance des modèles et théories éducatives permettant un enseignement en ligne efficace. Cette migration devrait, en outre, être intégrée à une réflexion plus globale sur l’enseignement et l’apprentissage de tous les sujets, quel que soit le mode pédagogique.

Ils ajoutent que d’autres points doivent également être abordés et résolus, comme le travail de la motivation des étudiants à acquérir une compétence numérique suffisante, le développement de d’approches évaluatives alternatives adaptées à ces évolutions pour résoudre des problèmes comme la tricherie et le plagiat, la fourniture par les universités de ressources internet  aux étudiants ouvrant à tous l’accès à ces enseignements en ligne – un élément de la responsabilité sociale des institutions selon les 2 auteurs. Un modèle uniforme de l’apprentissage en ligne permettrait également de traiter le problème de la compatibilité de certains contenus à cette approche.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search