Guide de l’enquête de terrain – Stéphane BEAU / Florence WEBER

Même s’il est très orienté sociologie et anthropologie sociale, le guide de Stéphane Beau et Florence Weber livre les clés de l’enquête de terrain quel qu’en soit le thème et s’adapte en conséquence à tous les travaux de recherche.

Le Guide de l’enquête propose une approche en 3 parties naturellement complémentaires qu’il complète par 2 postfaces consacrées à l’ethnographie sociologique et à l’actualité de la recherche ethnographique.

La première partie de l’ouvrage s’attache à définir les conditions d’une bonne enquête. Elle détaille en premier lieu les types d’enquête (par dépaysement ou par distanciation) puis précise les critères à retenir pour le choix du thème et du terrain, mettant également l’accent sur la notion centrale, aux yeux des auteurs, d’interconnaissance. Très concrètement, cette partie recense les pièges à éviter et les pistes à privilégier à ce stade de démarrage.

Toujours dans cette même partie sont évoquées les conditions de préparation de l’enquête (lectures préalables, connaissance du terrain) et de conduite de cette investigation (tenue d’un journal d’enquête, temps successifs de l’enquête).

La deuxième partie de l’ouvrage de Beau et Weber développe longuement la phase d’observation , abordée sous tous ses angles : négociation préalable, types d’observation, natures des “objets” observés (cérémonies, interactions, objets et lieux) et conseils pratiques liés à la perception, à la mémorisation et à la notation des informations et des données. Elle explique ensuite de manière systématique toutes les conditions à respecter pour bien préparer et négocier un entretien ethnographique. Enfin sont livrés des conseils pour bien conduire un entretien, privilégiant à la fois une logistique rigoureuse (enregistrement systématique) et une “conduite” assez souple de l’entretien (simple préparation des thèmes et de quelques questions précises).

En toute logique, la dernière partie de l’ouvrage détaille la manière d’exploiter le fruit des observations et des entretiens, à savoir l’analyse et la publication des données ethnographiques. Les conseils sont ici très pratiques, depuis la mise au propre du journal de terrain au classement et la hiérarchisation des entretiens et observations. Vient alors la phase d’interprétation des informations collectées qui passe la rédaction d’un compte rendu d’enquête qui permettra, par la comparaison des “matériaux d’enquête”, de dégager peu à peu une problématique.

Les auteurs ne se limitent pas à une approche pratique et concrète de l’enquête : ils abordent aussi, en toute fin d’ouvrage, les questions de déontologie que cet exercice soulève naturellement, soulignant l’équilibre, parfois délicat à trouver, entre confidentialité, anonymat et validité scientifique des observations.


Vous aimerez aussi...