Vivre et agir en temps d’incertitude : repenser la forme universitaire – Didier PAQUELIN

À l’occasion d’un webinaire sur l’hybridation de l’enseignement, le chercheur et professeur d’université Didier PAQUELIN analyse les premiers enseignements et les apprentissages nés de la période du confinement.

Professeur titulaire de la chaire de leadership en enseignement sur la pédagogie de l’enseignement supérieur à l’Université Laval (Québec), Didier PAQUELIN analyse les présents bouleversements à l’œuvre en enseignement depuis le début de la crise pandémique et affirme que “l’enjeu est moins de sortir de la crise en reconstruisant à l’identique, de renforcer la technologisation des pratiques d’enseignement, mais davantage de redéfinir un cap à partir des analyses distanciées de ce vécu parfois traumatisant”.

Selon ce chercheur, la crise agit comme un révélateur du fonctionnement des établissements et, notamment, de leurs dysfonctionnements dont les incidences, minimes en temps ordinaire, sont exacerbées dans ce contexte inédit. Passé le temps de la sidération et puis de la confusion, un temps de la réflexion sur les analyses et les modèles de la transformation pédagogique doit survenir. Didier PAQUELIN plaide pour une sortie de la « culture d’urgence », et notamment une identification réfléchie des possibles plutôt qu’une focalisation sur les contraintes. L’objectif est selon lui de maintenir la validité des enseignements et des évaluations malgré la réalité de ces « turbulences ».

Se donner le temps de l’appropriation
Sans surprise, il souligne concrètement la nécessité de repenser les pratiques pédagogiques et plus spécifiquement les configurations spatio-temporelles de l’acte pédagogique et sa conception (design) tout entière. Il dessine quelques pistes dans ce sens : l’explicitation de ce qui est habituellement implicite en salle de classe physique ; le temps de l’appropriation des nouveaux dispositifs par les apprenants et les formateurs pour qu’ils soient autonomes sur ce point ; saisir l’occasion de mobiliser, soutenir et développer les individus et le collectif “dans un climat de confiance bienveillant et sécurisant“.

Le chercheur conclut en soulignant qu’à ses yeux, “les étudiants sont des acteurs de la solution” et que l’enjeu est « d’initier une dynamique collective de re-création d’une forme universitaire”. Face au contexte numérique pour l’enseignement /apprentissage qui s’est imposé, les retours et demandes de ces étudiants sont particulièrement précis et instructifs : trop grande diversité des plates-formes numériques, limites des approches collaboratives dans ce contexte, longueur des séances synchrones, souhait d’une flexibilité temporelle sont autant de pistes à explorer par les pédagogues. Une position que Didier PAQUELIN résume en une phrase : “Il s’agit moins de transmettre que de permettre à l’autre d’apprendre.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search