Analyser trente ans d’innovations en formation des adultes – Catherine MOUGIN

Dans sa thèse soutenue début novembre 2020, Catherine MOUGIN a balayé le champ de la formation professionnelle en France sur une trentaine d’années (1985-2015) pour tenter d’y repérer les facteurs d’innovation pédagogique.

S’appuyant à la fois sur une analyse de revue professionnelle (Éducation permanente) et des entretiens avec une quarantaine d’acteurs de la formation, la chercheuse Catherine MOUGIN a tenté de faire émerger les facteurs d’innovation pédagogique en formation professionnelle.

L’objectif de ce double recueil de données est comparatif : mettre en regard l’analyse historique des publications de la revue citée et les discours des acteurs de formation au profil très varié (chercheurs, consultants-formateurs, directeurs d’organismes de formation. Il s’agit aussi pour elle d’identifier les impacts observables de ces innovations, mais également de proposer des « unités lexicales pédagogiques » (ULP) permettant de caractériser méthodes, dispositifs, techniques, outils et supports. Elle souligne, par ailleurs, l’importance du contexte (connaissances scientifiques, contextes socio-économique et législatif, technologies – ressources, usages –, publics et besoins spécifiques).

Sur le site détaillant sa recherche, elle met en avant la notion d’innovation :
– classification de Schumpeter (1942) : celui distinguait les innovations de produits, de procédés, de modes de production, de débouchés et de matières premières ;
– classification de l’OCDE : celle-ci en distingue seulement 4. Elle les caractérise de la manière suivante :
> innovation produit : introduction d’un bien ou d’un service nouveau ou sensiblement amélioré sur le plan de ses caractéristiques ou de l’usage auquel il est habituellement destiné. Ce type d’innovation peut faire intervenir de nouvelles connaissances ou technologies. Il peut également s’appuyer sur de nouvelles utilisations ou combinaisons de connaissances ou de technologies déjà existantes. Un exemple dans le domaine du journalisme : l’amélioration fonctionnelle et ergonomique des plates-formes web de gestion de contenu, ou CMS ;

> innovation procédé ou processus : mise au point de méthodes d’organisation nouvelles, de méthodes de production ou de distribution nouvelles. Un exemple dans le domaine du journalisme : le passage de la presse du print au web, à l’édition numérique ;

> innovation marketing : mise au point d’un produit nouveau ou à l’incorporation d’une nouveauté dans un produit existant. Un exemple dans le domaine du journalisme : la création des applis pour le suivi des infos en temps réel sur téléphone mobile ;

> innovation organisationnelle ; mise en œuvre d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l’entreprise. Un exemple dans le domaine du journalisme : l’avènement des rédactions bimédia (print et web, télé et web, etc.) dans les grands média. Dans cette catégorie, MM. Chouteau et Viévard distinguent 2 autres types d’innovation : l’innovation perturbatrice (sous-performante face à la concurrence, elle finit par s’imposer par rapport à la technologie ou pratique dominante) et la grappe d’innovations (quand une innovation majeure – la vapeur, l’informatique, Internet – fait apparaître dans son sillage des innovations qui en découlent et un nouveau cycle industriel). Les récentes évolutions des médias print vers le numérique illustrent très préciséent ce phénomène.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search