Flipping the flipped. The concept of flipped learning in an online teaching environment – Karina von LINDEINER-STRASKY , Ursula STICKLER & Susanne WINCHESTER

Comme son intitulé l’explique clairement, cet article explore les liens entre la classe inversée et l’environnement d’apprentissage en ligne, mettant en avant les similarités dans les méthodologies employées et les éventuelles complémentarités.

Les 3 chercheuses fondent leurs observations sur un projet de classe inversée mise en place pour un module d’initiation à l’allemand enseigné à l’Open University pendant l’année scolaire 2017-2018. S’appuyant sur de nombreuses ressources en ligne, le module pousse les étudiants vers un apprentissage essentiellement hors classe et des activités auto-guidées. Ils sont incités à prendre en charge leur propre apprentissage.

Les auteurs détaillent le mode pédagogique de la classe inversée et ses présupposés théoriques (théorie constructiviste). L’approche, souvent décrite comme de “l’apprentissage actif”, est centrée sur l’étudiant, la résolution de problèmes, la découverte ou l’apprentissage par l’expérimentation. Une telle sollicitation de l’étudiant suppose des pré-requis, à savoir une autonomie dans l’apprentissage et des compétences métacognitives pour savoir comment apprendre efficacement. L’étudiant se glisse dans la peau du professeur.

La classe inversée : de nombreux atouts pédagogiques, quelques limites pratiques

Les bénéfices attendus de l’utilisation de la classe inversée sont multiples : un renforcement de l’autonomie d’apprentissage, une disponibilité permanente des ressources et une progression au rythme choisi par l’étudiant, une motivation accrue pour l’apprentissage, une meilleure utilisation et une réflexion plus approfondie lors des sessions en face-à-face, une relation améliorée entre professeur et étudiants, une possibilité pour l’enseignant de se concentrer sur ceux qui ont le plus besoin de son aide. L’enseignant, lui aussi, voit son rôle modifié : il devient un guide ou un coach qui peut faire un retour immédiat et répondre aux besoins là et au moment où c’est le plus nécessaire.

La classe inversée n’a pas que des avantages, repérés dans cette pratique déjà ancienne : le nécessaire investissement en temps de l’enseignant pour produire des supports et des ressources pédagogiques convenables, le manque de préparation des étudiants, l’élargissement du fossé numérique, etc.

Un mode pédagogique plébiscité par les étudiants

Une première façon de répondre à la question centrale de l’article – quelle place pour la classe inversée dans l’enseignement ou la formation en ligne – a été de constater que, dans le cadre du module d’allemand étudié, la classe inversée faisait office “d’apéritif” avant les sessions pédagogiques en ligne synchrones. Malgré le travail supplémentaire impliqué par ce mode pédagogique, celui-ci est plébiscité par les étudiants (100 % !) et considéré comme utile. Il les rend plus impliqués, ils prennent plus d’initiatives et, dans une très large mesure, ils assument un rôle d’enseignant, partageant et discutant les résultats de leur préparation de classe, travaillant activement avec leurs pairs.

Du côté des enseignants, le (gros) effort initial nécessaire à la préparation d’un enseignement en ligne se trouve compensé par la production collective de matériaux pour le cours, parfois recyclables et réutilisables. Dans le choix des sujets de cours enfin, la sélection des sujets se fait de manière collective, impliquant les élèves dans leur apprentissage et ce choix en amont permet de renforcer leur pertinence pour les étudiants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search