Why Massive Open Online Courses (MOOCs) have been resisted: A qualitative study and resistance typology – M. STACKHOUSE, L. FALKENBERG, C. DRAKE & H. MAHDAVIMAZDEH

Cette vaste enquête interroge la notion de résistance à l’innovation pédagogique et affine l’explication de ce phénomène en distinguant différents types de résistance, dessinant en creux différentes pistes pour optimiser l’innovation et son intégration.

Portant sur un échantillon de plus de 1 000 blogs de professeurs, l’étude s’est attachée à comprendre les réticences observées dans l’environnement académique face au phénomène des Moocs, avec une question centrale : quelles sont les réactions des utilisateurs potentiels lors des phrases préliminaires de mise en place d’une innovation ?

L’innovation, opportunité perçue ou menace perçue
Parcourant la littérature sur le sujet, les 4 auteurs pointent les 2 courants de recherche qui ont tenté jusqu’ici de comprendre ces résistances. Un premier courant affirme que la décision d’accepter ou de rejeter une innovation est liée aux opportunités perçues par l’utilisateur et la « non-adoption » de l’innovation présentée comme un “échec d’adoption”. Le second courant de recherche pose un cadre de “menace perçue” comme explication d’une non-adoption de l’innovation. En conséquence, tous ces chercheurs se sont ensuite interrogés sur les stratégies à adopter pour dépasser et vaincre les résistances.

Les auteurs soulignent que peu de recherche a été consacrée à la logique des utilisateurs potentiels développée avant de prendre la décision d’adopter ou de rejeter une innovation. L’étude de la littérature sur les réactions à l’innovation et l’analyse de leur échantillon permet aux auteurs de proposer un modèle théorique de la résistance à l’innovation, découpé en deux parties :
la résistance négative (“cette innovation va tout gâcher“) : la réaction est d’ordre émotionnel ou irrationnel et assimile l’innovation à une force disruptive, une menace, voire une catastrophe qui va perturber le statu quo dans la profession ;
les résistances constructives : elles sont multiples, plus raisonnées et s’appuient sur différents présupposés. Par ordre décroissant d’opposition à l’innovation, les auteurs distinguent :
> la résistance culturelle (“cette innovation n’est pas pour nous”) : dans ce cadre, l’innovation est perçue comme en décalage avec les valeurs (missions de l’enseignement supérieur, place du professeur…) et l’idéologie de la profession (principes pédagogiques de base, développement de la capacité de réflexion, etc.) ;
> la résistance pragmatique (“cette innovation ne correspond pas aux besoins”) : dans ce cadre, l’innovation est perçue comme incapable de répondre aux besoins des utilisateurs, en totalité ou en partie ;
> la résistance préventive (“cette innovation ne fonctionnera pas”) : dans ce cadre, l’innovation suscite des doutes sur son efficacité et une attitude d’attente de preuves de cette efficacité.

Deux nouvelles approches de la résistance à l’innovation
Poussant plus loin leur analyse, les chercheurs mettent en avant leurs 2 contributions à la compréhension de l’adoption ou du rejet des innovations pédagogiques :
– cette recherche a elle-même innové en explorant non pas les stratégies à définir pour dépasser les résistances, mais les réactions à l’innovation dans des situations où prévalait l’ambiguïté, où les points positifs ou négatifs liés à l’utilisation d’une innovation n’étaient pas clairs. Dès lors, l’exploration fine des modes de résistance peut fournir des informations précieuses aux concepteurs d’innovation pour perfectionner celles-ci ;
– en outre, cette recherche tente de dépasser l’idée simple que la résistance à l’innovation est une réaction négative aux changements du statu quo, mais avance l’idée que face à l’innovation, des personnes peuvent réagir comme face à des menaces identitaires, voire considérer l’innovation comme une source de détresse.

En conclusion, les auteurs recommandent aux concepteurs de technologies éducatives pour l’enseignement supérieur d’être en veille face aux éventuelles résistances traduisant des menaces perçues ou une opposition constructive. Répondre au préalable à toutes les questions des utilisateurs potentiels, désamorcer des résistances pragmatiques en agissant sur des défauts critiques de l’innovation ou en affinant celle-ci en amont, rapprocher cette innovation des besoins et des valeurs des professeurs sont les meilleurs moyens de favoriser l’adoption et la diffusion de ces nouveaux outils et modes pédagogiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search