Losing control: the emergence of journalism education as an interplay of forces – Elin GARDESTRÖM

L’auteure de cet article détaille l’émergence de l’enseignement du journalisme en Suède et les turbulences qui l’ont entourée. Elle met notamment l’accent sur les jeux de pouvoir entre les différentes parties concernées.

Cinquante ans de discussions ! C’est le temps qu’il a fallu pour faire naître un embryon d’enseignement du journalisme en Suède, une durée qui en elle-même reflète les tensions à l’œuvre entre 3 institutions de la profession (l’Association des journalistes suédois, l’Association des éditeurs de journaux suédois et le Club des éditeurs).

Elin GARDESTRÖM rappelle que les journalistes, par tradition autodidacte, s’opposaient à toute forme d’enseignement formel, une constante dans de nombreux pays évoqués par l’auteure. En Suède, il a fallu attendre 1959 pour qu’émerge cet enseignement grâce à la création de 2 instituts de journalisme à Gothenburg et à Stockholm.

Des sources de tension multiples
Les tensions devinrent évidentes lorsqu’il fallut définir un programme d’enseignement du journalisme. Les organismes de presse ne voulaient pas que celui-ci soit défini par des acteurs qui n’étaient pas du métier. D’autre part, les liens de la presse avec le milieu politique étaient notoires avec, pour conséquence, une volonté des partis de former « leurs journalistes ».

Un dernier point de tension résidait dans la méfiance des journalistes envers le monde des universitaires, souvent raillés car trop introverties et étrangers au journalisme.

Ces conflits se répercutèrent dans les programmes d’enseignement du journalisme des 2 instituts suédois, opposant les tenants de la pratique et du savoir-faire aux adeptes de la connaissance théorique, seule capable selon eux de former des journalistes responsables. Les critiques des étudiants ne manquaient pas : pour eux, le mélange de formation pratique et de cours théoriques ne marchait pas.

Pour analyser cette situation, l’auteure emprunte à l’approche de Biourdieu pour affirmer que «la difficile relation entre le champ académique et le champ journalistique dans le domaine éducatif peut être interprétée comme une lutte entre 2 formes de capital pour déterminer quelle connaissance a le plus de valeur ». L’exemple suédois montre bien comment le journalisme peut se retrouver au cœur d’un conflit entre des groupes aux intérêts diamétralement opposés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search