Colloque e-formation – Lille – 21-23 mars 2018

Recommandé par Jean-Charles CAILLIEZ, expert en innovation pédagogique rencontré à Lille, ce colloque riche en contacts et en idées nouvelles a tenu ses promesses et ouvert toutes grandes les portes de ma recherche naissante.

En mars 2018, le deuxième colloque E-formation des adultes et jeunes adultes de Lille s’inscrivait dans un contexte d’augmentation de la demande sociale de formation et de qualification, au déploiement des politiques publiques et d’initiatives privées de formation tout au long de la vie à l’échelle nationale, européenne et internationale.

Les connaissances produites par la recherche sur la e-formation de ces publics constituent des ressources théoriques et conceptuelles au plan scientifique, ainsi que des aides à la décision pour l’ingénierie des dispositifs intégrant les technologies et services numériques (e-learning, blended-learning, Mooc, serious game, e-portfolio, etc.).

En droite ligne avec les préoccupations des sciences de l’information et de la communication, le colloque visait “à mutualiser, selon une logique transdisciplinaire, les résultats de ces recherches tout en accordant une place aux retours d’expérience liés à des projets d’e-Formation mis en œuvre par les praticiens (secteur privé et public).” 

Au menu de ce colloque, de nombreuses communications  étaient proposées selon des thématiques qui se répartissaient selon 3 niveaux d’analyse et de formalisation :
– au niveau macro : enjeux et contextes politiques, socio-économiques et/ou institutionnels, atouts et freins au développement de la e-formation
– au niveau méso : caractéristiques instrumentales, technico pédagogiques ou socio pédagogiques de dispositifs numériques de formation ;
– enfin, au niveau micro : dynamiques individuelles et/ou collectives dans l’usage par les apprenants de dispositifs numériques de formation.

Une conférence inaugurale d’une grande richesse
Dès la conférence inaugurale – son thème : Accélérations, mythes et enjeux de la e-Formation des adultes et des jeunes adultes –, les idées fusaient. Annie Jézégou, professeur en sciences de l’éducation d’UniLille, mettait en avant d’une part, la dimension spatio-temporelle, très peu abordée selon elle en e-formation, et sa modification profonde, radicale et irréversible dans le processus de formation, et d’autre part la distinction entre découverte (production de connaissances sur un phénomène), invention (production à partir de ces découvertes), innovation (rencontre entre une invention et l’usage social que nous en faisons) et progrès ‘ »l’idée consolante d’une amélioration future de la condition humaine).

Professeur à l’université de Laval au Québec, Didier Paquelin a, lui, mis l’accent sur d’autres thèmes, dont le bien-être pédagogique, l’accélération et la densification propres à l’évolution actuelle de la e-formation (réduction temporelle, élargissement spatial et densification du social) et le plébiscite de la e-formation. Il a également essayé de démonter les mythes s’attachant à la e-formation.

En vidéo : la conférence inaugurale en intégralité

Des communications par dizaines

Difficile de faire un choix entre toutes les communications (plus d’une cinquantaine)… d’autant qu’il était matériellement impossible d’assister à toutes ! Je me suis donc laissé guider par des intitulés qui me semblaient proches de ma recherche telle que je la percevais à ce moment-là.

J’ai ainsi assisté aux 5 communications suivantes :
– « Validation d’une échelle de perception d’auto-efficacité à la régulation du transfert des apprentissages » : réflexion sur le sentiment d’efficacité personnelle (SEP) et des conditions du transfert des apprentissages ;

– « Influence de l’entraide des étudiants d’une formation à distance sur le degré d’autodétermination de motivation : le rôle du sentiment d’appartenance sociale » : analyse des comportements d’entraide spontanée entre des étudiants engagés dans des formations à distance, exploration du sentiment d’appartenance sociale comme influence potentielle sur ces comportements ;

– « Présence socio-cognitive et interactions sociales : cas d’une situation-problème menée à distance synchrone et en groupe » : réflexion sur la distance, un concept en évolution, et par opposition sur celui de présence en e-learning ; identification des formes d’interactions sociales en jeu dans le e-learning ;

– « BYOD = Bring your own device » : réflexion sur « l’ubiquité » inhérente aux nouveaux supports de formation et sur la redéfinition de l’activité de l’enseignant (comment les enseignants vivent-ils cette redéfinition ?) ;

– Le blended learning sur la plate-forme Campus AMUE » : réingénierie d’un dispositif de formation et appropriation d’un dispositif numérique.

Quel environnement d’apprentissage pour la e-formation des adultes ?
Lors du colloque, une table ronde s’est interrogée sur l’environnement optimal d’apprentissage en e-formation des adultes. Les experts présents ont mis en avant 3 types de clarification nécessaires :
– une clarification conceptuelle : développement des notions de motivation, de volition; d’auto-régulation et d’engagement ;
– une clarification épistémologique ; très dense, celle-ci a abordé de nombreux points (Intérêts et limites des méthodes et outils liés aux démarches d’investigation ; Recherche sur l’évaluation des processus d’e-formation ; Trouver des indicateurs susceptibles de fournir une information sur l’activité (diagnostic cognitif, Learning Analytics) ; évaluation de la motivation/échelles d’attitude ;
– une clarification, enfin sur l’environnement optimal d’apprentissage : centrée sur le processus de motivation dans les apprentissages d’une part, et sur les notions de présentiel et de distance d’autre part.

En vidéo : la table ronde Quel environnement d’apprentissage optimal pour la e-formation des adultes ?

Une moisson de notions à explorer
Outre le plaisir de me plonger dans un « bain de recherche scientifique », j’ai retiré de ma participation à ces 3 jours une multitude d’idées et de notions toutes nouvelles pour moi : les sentiments d’efficacité personnelles et de transfert (cités plus haut); le sentiment d’appartenance sociale, le degré d’autodétermination de la motivation, la notion – centrale dans l’accompagnement pédagogique à distance – de persistance (définition précise et dimensions pouvant la favoriser), les concepts de présence et d’awareness. Des pistes sur lesquelles je ne manquerai pas de revenir au fil de ma recherche.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search