Co-creating learning: Decolonizing Journalism Education in Canada – Miglena TODOROVA

Partant d’une revue précise des programmes de journalisme de 10 universités canadiennes et de la littérature appropriée, l’auteure constate l’absence de prise en compte des spécificités culturelles liées aux autochtones canadiens – Amérindiens, métis et Inuits – dans ces programmes qui se focalisent sur une vision occidentale du monde.

Ce constat est d’autant plus dommageable, selon l’auteur, que la recherche souligne “le rôle significatif des médias d’information et de communication dans l’oppression actuelle des peuples indigènes”. Il est donc nécessaire, selon elle, de se poser la question du rôle que jouent les problèmes, les cultures, la vision du monde et les expériences indigènes dans les programmes de journalisme au Canada.

Les idées qui dominent… sont celles des dominants
À la suite de Foucault et de sa “généalogie des connaissances”, l’auteure rappelle que ceux qui produisent les connaissances ne sont pas impartiaux ou neutres. Elle poursuit en affirmant que les idées qui deviennent la norme sont souvent celles des classes sociales dominantes disposant du pouvoir politique et économique.

Dès lors, les connaissances journalistiques et leur hiérarchie, privilégiant les idéaux occidentaux du journalisme, perpétuent selon l’auteur le fossé entre les Canadiens autochtones et les autres. Dans le même esprit, des chercheurs comme Deuze parlent même “d’idéologie d’occupation”. La formation au journalisme et ses contenus fait office de “connaissance officielle”. Quand il existe, le “journalisme indigène” est considéré comme culturel et même activiste… car comparé au journalisme universel, neutre et professionnel des Occidentaux.

L’auteure donne quelques exemples de pratiques en vigueur dans un média indigène spécifique, APTN, mettant en exergue des habitudes comme le choix de la langue par les interviewés, la restitution des récits oraux par un “tissage de visualisations”, des reportages centrés sur les femmes, mais aussi le recours aux connaissances des anciens, la prise en compte des connaissances et croyances locales.

Ouvrir les étudiants en journalisme à la différence
Miglena Todorova s’appuie alors sur la notion de “d’écologie des connaissances” chère à Coleman pour définir “un habitat social et culturel”, un espace dans lequel pourraient se développer différentes sortes de journalisme, enrichies par les systèmes de communication, les techniques journalistiques et les approches indigènes. Elle propose d’instaurer une sensibilisation culturelle aux approches indigènes pour les étudiants en journalisme via des stages professionnels dans des communautés indigènes ou des stages dans des médias indigènes. Elle va même plus loin en arguant qu’une formation au journalisme pertinente doit prendre racine dans les spécificités sociales et culturelles du pays.

Au final, l’auteure estime que les journalistes, par nature des experts de l’interculturel, gagneraient à être formés avec des outils et des techniques ouverts à la différence, permettant ainsi à divers publics de se retrouver dans leur production journalistique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search