Hackademics at the chalkface: to what extent have journalism teachers become researchers? – Tony HARCUP

Professeur au département de Journalisme de l’université de Sheffield, Tony Harcup braque les projecteurs sur les “hackademics”, le surnom donné aux journalistes qui, après une période d’activité journalistique, basculent dans le monde académique et deviennent professeurs d’université et/ou chercheurs.

Cette évolution n’est pas récente selon l’auteur puisque la pratique de faire enseigner le journalisme par d’anciens journalistes remonte à 1880 pour les États-Unis. Et dès cette époque se posait la question centrale : qui, des journalistes ou des universitaires, était le plus pertinent pour enseigner le journalisme ?

La revue de littérature sur le phénomène “hackadémique” pousse cette opposition un cran plus loin en évoquant une “dissonance entre le journalisme tel qu’il est pratiqué et le journalisme tel qu’il est étudié”, entre la théorie et la pratique. La notion même du journalisme comme objet d’enseignement est difficile à comprendre et accepter pour les journalistes en activité, et une méfiance mutuelle s’est même installée, selon l’auteur, entre les médias et les universitaires.

Des tensions autour de la recherche
D’autres tensions sont esquissées comme la propension, dans le milieu universitaire, à valoriser et récompenser la recherche académique reconnue et à minorer ou ignorer les résultats en termes d’enseignement. La recherche menée par Tony Harcup dessine en outre un “fossé de la recherche” entre les universitaires classiques qui ont le temps de la mener et en connaissent les codes, et les professeurs-journalistes astreints à une charge d’enseignement qui laisse peu de temps pour la réflexion et la recherche. Quand bien même ces derniers trouveraient le temps de rédiger des articles scientifiques, ils regrettent et dénoncent les obstacles mis en travers de leur route et le processus même de publication, trop rigide et opaque selon eux. L’étude de Harcup portant sur un échantillon de professeurs en journalisme du Royaume-Uni et de l’Irlande montre d’ailleurs que le niveau de recherche de ce public est limité, un constat que l’auteur regrette en conclusion, estimant que “c’est une source de recherche académique qui n’est pas exploitée”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search