Causes de non-usage des TICE à l’Université : des changements ? Cas des enseignants du supérieur Marc TRESTINI

Cette « étude de cas » permet de mieux comprendre les causes et évolutions du non-usage des TIC chez les enseignants de l’université de Strasbourg.

L’auteur commence par pointer les différentes acceptions du concept d’usage selon les disciplines :
– en sociologie des usages : les usages sociaux sont « des patterns d’usages d’individus ou de collectifs d’individus […] qui s’avèrent relativement stabilisés sur une période historique plus ou moins longue » (Proulx, 2005) ;

– en psychologie cognitive : pour être utilisées, les TICE doivent être acceptées, utilisables et utiles (Tricot et al. 2003). Pour Boudokhane (2006), « le non-usage peut renvoyer à la non-adoption, la non-utilisation et la non-appropriation de celles-ci ». Rabardel, quant à lui (1995), distingue les processus concomitants d’instrumentalisation et d’instrumentation. Les TICE sont modelées par les pratiques des usagers : elles passent alors de l’état d’invention à celui d’innovation, de l’état d’artefact à celui d’instrument.

Il rappelle comme une évidence que « le non-usage ne peut être étudié en dépit de l’usage » (Boudokane, 2006).

De nouvelles causes de non-usage
Marc Trestini repère une évolution avec l’émergence de nouvelles causes de non-usages : dans le cadre universitaire, celles-ci apparaissent sous différentes formes (nombreux changements en cours à l’université, environnement soudain concurrentiel, volonté de rationaliser les Tice) et ont un impact sur le processus d’appropriation.

En outre, on peut, selon l’auteur de l’article, trouver la cause du non-usage à différentes étapes de son cycle de vie, c’est-à-dire depuis son « adoption » par l’usager jusqu’à son « appropriation » en passant par son « utilisation ». Ces étapes ont été précisément décrites par Breton et Proulx (2002).

Se concentrant ensuite sur la dimension sociale, l’auteur affirme que l’innovation est considérée par la sociologie des innovations technologiques comme un construit social (« L’usage n’est pas un objet naturel mais un construit social » selon Chambat, 1994).

C’est donc « l’adoption » qui est souvent considérée comme le premier temps de l’usage, avant même son utilisation proprement dite.

Du déterminisme technologique à la sociologie des techniques
Marc Trestini poursuit en expliquant que le déterminisme technologique est aujourd’hui fortement remis en cause par les avancées de la sociologie des techniques (Flichy, 2003). Le cheminement mis en avant est le suivant :
– une fois conçue et adoptée, les usagers se saisissent de la technologie (considérée comme une « invention » par la sociologie des usages) ;
– ils l’utilisent ensuite avec plus ou moins d’habileté et la jugent plus ou moins utile. L’usager pourra même lui assigner d’autres fonctions que celles qui étaient initialement prévues ; c’est ce que Rabardel (1995) appelle le processus d’instrumentalisation.

Plus largement, l’auteur précise que ce sont les psychologues et cogniticiens qui traitent en particulier de l’utilité, de l’utilisabilité et de l’acceptabilité de la technologie (Tricot, Plégat-Soutjis et al., 2003).

Une appropriation sous condition des instruments proposés
L’auteur approfondit sa recherche en se concentrant sur la « genèse instrumentale » de Rabardel (1995) qui correspond pour les sociologues à la phase « d’appropriation », là encore différemment interprétée selon les disciplines :
– pour les psychologues cognitivistes, c’est au cours de cette genèse que « l’artefact » devient un « instrument » ;
– pour les sociologues, c’est au cours de la phase « d’appropriation » que « l’invention » devient une « innovation ».

Marc Trestini procède ensuite à 2 constats d’importance :
– ce n’est qu’après avoir rencontré ses utilisateurs, lesquels jugeront de sa pertinence et assureront sa pérennité, que l’invention deviendra une réelle innovation, autrement dit lorsqu’elle aura été socialement intégrée ;
– pour Jacques Perriault (1989), cité par Vedel (1994), « l’usage se construit comme une interaction, une négociation entre technologie et utilisateurs, entre la fonction de l’une et le projet des seconds (ces projets n’étant d’ailleurs pas essentiellement utilitaires mais ressortant plutôt d’une recherche de lien social) ».

Il poursuit en précisant qu’une genèse d’usage procède d’un long processus d’échange (Charlier et al., 2002) entre praticiens, concepteurs et prescripteurs, au cours duquel leurs représentations s’affrontent. En effet, concepteurs et prescripteurs ont aussi leurs propres représentations sur ces questions.

Il se concentre enfin tout particulièrement sur les enseignants. Avant d’être praticiens, les enseignants sont, selon lui, d’abord des acteurs sociaux dotés de croyances et d’imaginaire technique. Ils ont une représentation personnelle de ce qu’ils considèrent comme une technologie adaptée à leur activité, une pédagogie efficace, des contenus didactique efficients, des stratégies cognitives performantes.

Un non-usage aux causes multiples
Marc Trestini conclut son propos par plusieurs constats :
– les causes du non-usage sont issues principalement de la sphère psycho-sociale (manque de temps, lassitude face aux changements permanents des outils à utiliser, perception d’un danger identitaire) et moins de la sphère cognitive (manque d’habiletés techniques, manque de formation) ;
– l’auteur précise par ailleurs que le modèle du Technologie Acceptance Model (TAM) de Fred Davis (1989) reste valide ;
– la perception de la facilité d’utilisation et celle de l’utilité ne semblent plus être les seuls déterminants de l’acceptabilité ou du rejet des TIC par les enseignants ;
– la perception de ceux qui, a priori, trouvent utiles et facilement utilisables certaines applications et environnements d’apprentissage, ne semble pas avoir d’impact particulier sur l’utilisation réelle qu’ils en font ;
– enfin, et c’est son constat le plus important, l’usage ou le non-usage de ces dispositifs particuliers semblent davantage relever de la question de l’adoption (ou de la non-adoption) de pratiques (sociales) d’enseignement portées par les technologies, que de l’adoption (ou de la non-adoption) des technologies en elles-mêmes.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.