Du bon usage du « non-usage » des TICE – Hervé DAGUET et Jacques WALLET

Cet article propose une réflexion autour des non-usages des TIC dans un contexte éducatif alors que les matériels et les infrastructures sont présents.

Les auteurs abordent en premier lieu les principales raisons évoquées pour expliquer le non-usage des Tice : quand la technologie ne fonctionne pas, quand celle-ci est incompatible avec le cadre scolaire, imposée par l’institution ou représente un surcroît de travail pour l’enseignant.

Quand l’innovation facilite la vie
Est ensuite développée la notion de « conservatisme enseignant » pour fournir une explication supplémentaire de ce non-usage. Toutefois, les auteurs reconnaissent que « si une innovation technologique facilite d’emblée la vie professionnelle des enseignants, elle est spontanément et massivement adoptée. Il en fut ainsi du rétro-projecteur, il en sera de même du tableau numérique lorsque son ergonomie sera simplifiée et stabilisée ».

La technologie est ensuite présentée comme une facilitation de l’acte d’apprentissage. Les auteurs indiquent que « le problème est que les technologies, si elles rationalisent le processus de formation, ne transforment pas automatiquement ni le mode d’acquisition du savoir, ni la relation au savoir, les technologies de l’information et de la communication n’ont pas de pouvoir magique (Glikman, 1997), elles doivent être pensées au sein d’une multi-référenciation. »

Ils soulignent que « de nombreux auteurs (comme par exemple et de façon non exhaustive Depover, 2009, ou Karsenti, 2011) ont proposé des cadres pour comprendre l’intégration des processus d’innovation, notamment ceux liés aux TICE dans le quotidien des pratiques ».

Une offre déconnectée des usages et des usagers
Les auteurs évoquent enfin la situation de l’offre technologique imposée. En général, expliquent-ils, « l’offre » de matériel informatique par l’institution a précédé la demande des enseignants. L’offre masque l’absence d’étude préalable sur les usages existants et les usagers, les contenus et l’adéquation de la technologie aux besoins réels du « terrain ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.