Approche subjective du non-usage : un négatif nécessaire – Jean-Luc RINAUDO

Cet article porte un éclairage sur les pratiques professionnelles d’enseignants non usagers des technologies de l’information et de la communication.

Comme beaucoup d’articles similaires, l’auteur commence par définir un certain nombre de notions :
la notion d’utilisation : l’auteur la définit comme une action occasionnelle et individuelle et mentionne les aspects manipulatoires des outils ;
la notion d’usage : selon la sociologie des usages, l’usage précède la pratique qui s’installe dans la durée de l’usage régulier. Selon la sociologie des techniques, il faut s’intéresser au rôle de l’acteur dans l’utilisation et l’appropriation des outils. Les usages sont, pour reprendre les mots de Françoise Docq et Amaury Daele, « socialement partagés par un groupe de référence et se construisent dans le temps » (2003, p. 114) ;
la notion de pratique : cette notion a une double dimension selon Jacky BEILLEROT – 1996 (les gestes, les conduites et les langages, les manières de faire / les règles, les croyances, les idéologies, les représentations, les expériences personnelles antérieures). La pratique recouvre à la fois les manières de faire singulières de chaque personne. « Elle n’est pas bien sûr réductible à l’ensemble des actes observables, des actions et des réactions mais comporte également les procédés de mise en œuvre de l’activité dans une situation donnée, les choix, les prises de décisions. » ;
la notion de non-usage : cette notion constate un décalage entre un non-usage déclaré et des pratiques réelles, même minorées. S’agit-il d’une absence d’utilisation, d’une absence d’usage, d’une absence de pratique ?

Les multiples raisons du non-usage
Le phénomène du non-usage révèle de multiples facteurs expliquant cette attitude : l’absence des ressources économiques et matérielles adéquates ; les manques concernant des habilités cognitives, des compétences et des savoirs ; les phobies ; les refus idéologiques délibérés (on constate parfois des « efforts conscients de résistance active aux technologies » – Christine Satchell & Paul Dourish, 2009) ; un désintérêt ; un désenchantement, une nostalgie d’un passé imaginaire et meilleur. Le non-usager est souvent considéré comme un « retardataire à convertir », un utilisateur potentiel, un usager en devenir.

L’auteur concentre aussi son attention sur les mécanismes de détournement parfois constaté, des pratiques inventives aussi appelées butinage, bricolage ou même braconnage. Faut-il le considérer comme un usage déviant ou une réappropriation ? Les usages détournés, les mauvais usages, comme les non-usages sont, de fait, également des usages. Sous cet aspect, il convient de mesurer les écarts entre usages « descendants », pensés a priori, et usages « ascendants », inventés par les usagers. Il faut donc regarder ce que les enseignants font réellement des outils qui sont mis à leur disposition, comprendre leur pratique. Il est nécessaire, également, de savoir dans quel espace social s’inscrivent ces pratiques professionnelles ?

Pratique prescrite, pratique réelle
L’auteur poursuit en soulignant l’importance de mesurer le décalage entre pratique prescrite et pratique réelle. Les enseignants aux pratiques médiatisées ordinaires sont soumis à une double prescription, institutionnelle et sociale. Les pratiques des enseignants innovateurs, les « innovateurs pédagogiques », sont, le plus souvent, en décalage par rapport à celles de la majorité de leurs collègues. « Innover, c’est vivre sa pratique professionnelle subjectivement de façon créative » (Rinaudo, 2011).

Les évolutions et les transformations repérées s’opèrent, généralement, de façon lente et consensuelle plutôt que brusque et révolutionnaire (Balanskat, Blamire, Kefala, 2006). L’auteur met même le doigt sur les angoisses d’indifférenciation entre humain et machine (Rinaudo, 2009a) qui peuvent engendrer des non-usages. L’auteur souligne l’importance de mettre en avant les difficultés rencontrées, une sorte de « verbalisation du négatif », ce dernier autorisant « une négociation entre réalité et idéal. »

L’auteur cite alors Pierre Musso pour appréhender la globalité de la problématique du non-usage : « Appréhender les TIC dans toute leur complexité nécessite de ne pas confondre ces trois vitesses : celle enivrante de l’innovation technique, la lenteur relative des usages des individus ou des groupes, et la quasi-stabilité des imaginaires et des mythes qui sont l’inconscient des sociétés » (Pierre Musso, 2009, p. 210).

L’innovation pédagogique, une affaire de positionnements
L’auteur conclut en valorisant la notion d’innovation pédagogique par de multiples biais :
– sous l’angle de la créativité et de la subjectivité : « Innover, c’est vivre sa pratique professionnelle subjectivement de façon créative » (Rinaudo, 2011) ;

– sous l’angle du positionnement personnel dans l’environnement professionnel : « Tenir une posture créative dans sa pratique professionnelle médiatisée par les technologies de l’information et la communication, c’est ne pas se soumettre ni à la vie pulsionnelle fantasmatique, ni à la réalité des contraintes externes que sont notamment les programmes et les instructions officielles, les modèles de bonnes pratiques, les difficultés matérielles, les effectifs des classes, l’absence de formation continue, les présupposés des concepteurs des instruments, etc. »

– sous l’angle du positionnement de sa pratique et sa propre expérience de formateur ou d’enseignant : « Se faire créateur, élaborer la frustration qu’apporte dans un premier temps les problèmes à résoudre, c’est donc situer symboliquement sa pratique dans un espace intermédiaire, au sens de Winnicott, « lorsque le faire-par-impulsion l’emporte sur le faire-par-réaction » (Winnicott, 1970, p. 43) » ;

– sous l’angle de l’identité professionnelle : « En insistant sur cette continuité sans faille dans la pratique, ces enseignants se garantissent pour eux-mêmes une certaine permanence identitaire, du moins pour ce qui concerne leur identité professionnelle. »

 




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.