Causes et motifs du non-usage de ressources numériques. Logiques d’usage des étudiants en formation initiale, Cathia PAPI

Cet article commence par faire le tour des causes les plus souvent invoquées pour expliquer le non-usage des ressources numériques, à savoir le manque d’équipement, bien réel dans certains contextes, le manque de pertinence de certaines technologies pour certains enseignements et le manque d’intérêt pour certaines technologies.

Cathia PAPI poursuit en détaillant les significations souvent invoquées lorsque le constat de non-usage de ces ressources est dressé. Le non-usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) illustre le décalage entre les attentes gouvernementales et celles du sytème scolaire ou d’enseignement d’une part, et également entre la conception du système de formation et les pratiques pédagogiques d’autre part.

Théories croisées
Dans un deuxième temps, l’auteur de l’article pousse son exploration du phénomène en convoquant la théorie de la sociologie des usages et la théorie instrumentales et en croisant ces 2 théories.

Creusant la théorie de la sociologie des usages, Cathia PAPI distingue clairement les notions d’utilisation (rapport de l’utilisateur à la machine – Proulx, 2002) et d’usage (contexte social dans lequel ont lieu les interactions hommes-machines).

L’utilisation et, éventuellement, l’appropriation de ces objets (Akrich, 1998) est un phénomène complexe aux dimensions multiples : anthropologique (représentation, mythes, pratiques symboliques), sociologique (normes sociales, légitimation), socio-cognitive (construction de savoir, repérage, temporalité), technique (systèmes d’information, machines à communiquer).

Le non-usage est alors présenté comme un décalage entre l’utilisation prévue et l’usage effectif, une pratique contextualisée et caractérisée par des différences de comportement. À la suite de Kellner (2010), l’auteur pointe une logique du non-usage présenté comme un choix rationnel. Le « non-usage » se caractérise alors par un « non-besoin », un « non-utile », un « non-possible » et même par un risque. À ces facteurs s’ajoute parfois, selon les milieux, une culture professionnelle de l’oralité (Kellner, 2010).

Un instrument… et des conflits
La notion d’instrument est ensuite posée comme un « artefact cognitif » (Rabardel), un intermédiaire entre le sujet et l’objet : le sujet va ainsi « instrumenter » l’artefact. L’auteur souligne que « les rapports à soi et aux autres, constitutifs de l’activité cognitive, sont liés aux objets de l’activité ainsi qu’aux buts poursuivis ».

S’appuyant sur les travaux de Marquet et Coulibaly (2007), l’auteur décrit un emboîtement de 3 couches artefactuelles : l’artefact didactique (contenu disciplinaire), l’artefact pédagogique (scénario de présentation du contenu disciplinaire) et l’artefact technique (l’instrument lui-même).

Dès lors, l’auteur peut développer la notion de « conflits instrumentaux », c’est-à-dire les interférences entre instrumentation et instrumentalisation des 3 artefacts. Le non-usage résulterait alors de ces conflits instrumentaux et amène Cathia PAPI à poser la question suivante : « Dans quelle mesure les non-usages des TIC procèdent-ils de logiques d’action prenant leur source dans les conflits instrumentaux ? ».

Un non-usage aux multiples racines
En conclusion, l’auteur de l’article en vient à expliquer le constat de non-usage par de multiples raisons : des représentations des pratiques d’apprentissage qui n’intègrent pas ou rejettent les instruments proposés, une impossibilité de trouver un sens entre les différentes couches artefactuelles du dispositif (d’où une « dissonance cognitive »), un conflit instrumental tel que présenté plus haut.



 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.