Le non-usage des TIC en contexte universitaire : entre signes, sujets et sens – Mehdi KADDOURI, Abderrahmane BOUAMRI et Toufik AZZIMANI

Ce collectif de chercheurs concentre son attention sur le paradoxe marocain en matière de technologies pour l’information et la communication pour l’éducation (TICE) : un volontarisme institutionnel de déploiement des TICE pour le bénéfice de l’éducation universitaire, caractérisé par la Stratégie nationale d’intégration des technologies éducatives, et le non-usage quasi généralisé de ces outils, tant au niveau des enseignants que des étudiants.

Les raisons souvent évoquées pour expliquer cette désaffection sont liées à l’accessibilité aux outils numériques et à la signification de ces outils. Les 3 chercheurs vont faire porter leurs efforts sur la recherche des signes de la situation de non-usage d’une part, et sur la signification produite par ce contexte, c’est-à-dire les représentations et significations associées à l’usage pédagogique des TICE qui constituent le principal frein à toute intégration de ces outils.

Un cadre théorique nourri de multiples concepts 
Avant de détailler leur cadre conceptuel, les auteurs rappellent le caractère transversal des TICE, convoquant des champs théoriques fondamentalement transdisciplinaires.

Ils prennent soin ensuite de détailler ce cadre en évoquant différents concepts : le concept de la sociologie des usages (Jouët, 2006), le concept des sciences de l’information et de la communication (Wolton, 1997) et le concept de la sémiotique de la communication et de la signification (Peirce, 1978). Ils s’appuient également sur l’explicitation et la compréhension des comportements et attitudes des sujets en situation de non-usage des TIC du point de vue des ses construits et du statut du sujet avancée par Coquet en 1984.

S’inspirant de la sociologie des usages des TICE, les auteurs développent la notion d’appropriation, d’abord définie par Proulx en 2005 :
– pour Jouët (2000), l’appropriation est  un “processus dans lequel se construit l’identité du sujet en rapport avec l’objet technique” ;
– pour Harvey (2001), c’est dans l’appropriation que l’individu et les groupes “réinventent les usages technologiques, restructurent l’espace-temps social, franchissent la distance, transgressent les barrières géographiques en manifestant des relations privilégiées avec la réalité de ces nouveaux espaces”. 

Signification, usage et appropriation
Plus globalement, l’article souligne la mise en valeur du rôle de l’usage dans le rapport du sujet aux outils technologiques. La notion d’appropriation est présentée comme l’intériorisation d’une norme et, dans le cas présent, comme la rencontre singulière de l’objet technologique.

Les auteurs s’intéressent ensuite à l’usage et à la réhabilitation du sujet. Il s’agit de “passer de l’outil technologique et ses effets au sujet et à ses appropriations et sa production de sens”. Ils rappellent les notions de significations d’usage projetées et construites (élaborées par Mallein et Toussaint, 2004). Puis ils définissent 2 notions essentielles :
– la signification est basée sur la collecte de signes et s’appuient sur “des représentations actualisées dans des contextes culturels non quelconques, associées à des normes et habitudes d’actions dans le temps et dans l’espace” ;
– l’usage est défini comme “l’écart entre l’univers de la représentation et celui des faits et du monde de la réalité”.

Un double rejet des TICE
S’appuyant sur la sémiotique de la communication et de la signification, les auteurs s’interrogent sur le phénomène de non-usage et de l’échec de l’appropriation des TICE : “Dans une communication normale et réussie, la dimension du signe de ces outils tend à s’effacer au profits des contenus médiatisés et mis en ligne. Mais cette tension à l’effacement du signe n’atteint souvent pas le niveau suffisant pour permettre aux apprenants d’aller au-delà de l’écran du signe en vue d’accéder aux contenus véhiculés et aux objets représentés” (p. 25).

Détaillant le contexte marocain, les auteurs présentent enfin ce qui leur semble être les explications du non-usage :
– s’agissant des étudiants, ce non-usage s’explique par l’absence d’accompagnement adéquat et par l’inaccessibilité des outils numériques. Cette dernière s’exprime sous des formes multiples : inaccessibilité institutionnelle (poids de la bureaucratie, rigidité de l’institution), inaccessibilité du matériel (indisponibilité), inaccessibilité technique (problèmes techniques) et inaccessibilité pédagogique (contenus inadaptés aux TICE, absence de formation aux TICE) ; 
– s’agissant des enseignants, ce non-usage touche aux multiples rôles et fonctions de l’enseignant et témoigne d’une appréhension à l’égard des TICE à l’origine d’une mutation identitaire profonde. Les auteurs recensent les effets négatifs des TICE , mentionnés par les enseignants, sur le rapport interpersonnel de l’enseignant et de ses étudiants (“les TICE “vident la relation didactique de sa portée humaine jugée indispensable pour enseigner et apprendre” – p. 8). Selon ces enseignants, le contenu pédagogique pourrait perdre de sa valeur si on introduit les TICE comme véhicule de ce contenu, avec le risque que l’étudiant focalise son attention sur l’outil au détriment du contenu et des savoirs, des objets d’apprentissage. Au final, les enseignants dénoncent un impact décisif de l’usage des TICE sur leur statut. Pour eux, les TICE représentent un changement au niveau de l’organisation du travail et du positionnement de l’enseignant par rapport à ses étudiants, à l’institution et aux contenus échangés et produits, ce qui explique leur positionnement en retrait.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.