Apprendre avec les technologies numériques : quels effets identifiés chez les adultes ? – Bernard BLANDIN

D’emblée, l’auteur de cet article rejette les appellations anciennes ou usuelles de ces outils : des nouvelles technologies… qui ne sont plus nouvelles depuis presque vingt ans, des TIC ou TICE au sens trop restrictif. Il adopte l’expression de technologies numériques (Digital Technologies), enrichit son approche d’autres artefacts comme les Learning and Content Management Systems (LMS ou LCMS) et présente cet article comme « une réflexion sur l’impact réel des technologies numériques sur l’apprendre ».

Avant d’aborder l’objet même de l’impact de ces technologies numériques sur l’apprentissage chez les adultes, il propose une chronologie utile retraçant l’arrivée progressive de ces outils : les années 30 et les premières études sur les technologies en général et leurs effets sur l’apprendre, les années 70 ets les études sur les effets des ordinateurs sur l’apprendre, les années 80 et les études des effets de la communication « médiée » par l’ordinateur (apprentissage collaboratif), les années 90 et l’arrivée du e-learning. La période actuelle prolonge cette dynamique de recherche avec des études sur le e-learning, sur les serious games, sur la psychologie cognitive et sur la psychologie des apprentissages.

Tenir compte des spécificités des apprenants adultes
Après ces préliminaires, l’auteur rentre un peu plus dans le vif du sujet par une démarche en deux temps. Il rappelle tout d’abord les spécificités de l’apprendre chez l’adulte :
– les adultes ont besoin de savoir pourquoi ils doivent apprendre quelque chose ;
– les adultes demandent à être traités comme des individus responsables,
capables de s’autogérer, y compris pour apprendre ;
– les adultes ont une expérience et une identité dont il faut tenir compte. De ce fait, les groupes sont très hétérogènes et les situations d’apprentissage doivent être personnalisées ;
– les adultes sont prêts à apprendre si ce qu’ils apprennent leur permet de mieux affronter des situations réelles ;
– l’apprendre des adultes est orienté vers l’accomplissement de tâches ou la résolution de situations réelles ;
– la motivation des adultes est surtout intrinsèque.

Dans un deuxième temps, et en lien direct avec les spécificités qu’il vient d’évoquer, l’auteur égrène la liste des effets des technologies numériques observés chez l’apprenant adulte. Il commence par détailler, sur un plan général, les effets de contexte, c’est-à-dire l’impact du dispositif sur les apprenants (effets mesurés et effets ressentis, perceptions des apprenants). Il poursuit avec la notion d’expérience d’une mise en situation d’apprendre qui lui permet d’aborder les stratégies de participation ou, au contraire, les stratégies d’évitement.
L’auteur rentre ensuite dans le détail et établit une typologie des effets :
– effets affectifs et conatifs : satisfaction due à la « présence sociale » (groupe autour de l’apprenant, développement du pouvoir d’apprendre) ;
– effets cognitifs : notion de « présence cognitive » (focus progressif sur les notions à apprendre, développement de la pensée réflexive, engagement dans des conversations multiples relatives à l’efficacité de l’apprentissage) ;
– effets sociaux : développement d’échanges en dehors des activités pédagogiques principales.

Pour mesurer ces effets, un facteur déterminant doit être pris en considération, le taux de participation ;
> critère de la notation ou pas de cette participation,
> critère de l’obligation de participer ou pas,
> critère de la discussion comme activité intégrée à la formation,
> critère des indications précises sur les modalités des discussions ;
– effets combinés : la communication médiée par ordinateur favorise la construction sociale de la connaissance (on assiste même parfois à la constitution de « communautés d’apprentissage »).

Des effets positifs… sous conditions
Globalement, les effets liés à l’usage des technologies dans l’apprentissage sont aujourd’hui identifiés : accès à l’information sur les opportunités d’apprendre, accès à de nombreuses ressources et modalités pédagogiques, création de réseaux d’apprenants dispersés géographiquement, facilitation du processus d’apprendre.

Pour autant, les effets positifs du e-learning chez les adultes sont liés à un certains nombre de conditions :
– l’apprenant doit avoir une expérience de l’ordinateur ;
– l’apprenant doit si possible avoir une expérience du e-learning ;
– l’apprenant doit bénéficier de ressources et d’un accompagnement de qualité (diminution de la frustration, augmentation de la motivation) ;
– l’apprenant doit se sentir en contrôle de son apprentissage (perceived control) : choix du contenu, du moment, du lieu ;
– l’apprenant doit avoir des raisons personnelles pour suivre la formation : développement d’un sentiment d’efficacité personnelle (SEP) ;
– le dispositif doit être flexible et modulable en fonction des profils personnels, du temps, du niveau d’acceptation et de la technologie).




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.