Les journalistes contre leur formation ? – Nicolas PELISSIER, Denis RUELLAN

Pour cet article polémique, les auteurs commencent par rappeler un certain nombre de données de base sur la profession et sa formation :
– la profession de journaliste, en France, demeure aujourd’hui très peu formée : la proportion de diplômés de formations spécialisées, reconnues ou non, varie de 16 à 23% seulement. En outre, 20 à 25% des entrants chaque année dans le journalisme ont bénéficié d’une formation professionnelle initiale, dont la moitié seulement par des écoles ou filières universitaires pleinement agréés par le paritarisme de la profession ;

– dans le domaine du journalisme, il existe une distance bien réelle entre les besoins d’emploi et l’offre de formation : le système actuel de formation ne couvre qu’une partie de l’offre d’emploi.

A partir de ce contexte, les auteurs s’interrogent : la profession est-elle si motivée qu’il y paraît par la question de la formation de ses pairs ? Rien n’est moins sûr, selon eux. Ils déplorent les représentations individuelles et collectives d’un groupe dont le métier ne s’apprendrait pas autrement que sur le tas et qui expliqueraient ce refus, plus ou moins explicite, de se former. Un refus de la formation qui, selon eux, « va de pair, dans les discours des journalistes, avec l’incapacité à définir véritablement leur métier. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.