Connectivisme et formation en ligne – Etude de cas d’une formation initiale d’enseignants du secondaire en Ontario – Emmanuel DUPLAA, Nadia TALAAT

Les auteurs commencent leur article en distinguant connectivisme et connexionnisme :
– le connectivisme caractérise “un modèle d’apprentissage qui reconnaît les bouleversements sociaux occasionnés par les nouvelles technologies (Guité, 2004) ;
– le connexionnisme présente ” le traitement en parallèle de plusieurs tâches complexes” (Minsky, 1990). Il caractérise une connaissance informelle et distribuée dans des agents qui ne manipulent que des fragments du système.

Dans cet article, l’attention est portée sur le seul connectivisme. Dans cette approche, l’apprentissage n’est plus seulement une activité individualiste et interne, mais est aussi fonction de l’entourage et des outils de communication dont on dispose. Le savoir est, de fait, encore plus intégré.

Les principes du connectivisme sont les suivants :
– cette approche distingue des “nœuds spécialisés” et sources d’information (dans cette catégorie se rangent les informations, les données, les sentiments, les images, etc.) ;
– cette approche met l’accent sur une notion sociétale (à ce titre, les commentaires et les contributions sont des éléments propres à exprimer cette dimension sociétale) ;
– cette approche souligne l’importance de la diversité des opinions ;
– cette approche définit avec précision la dimension du contrôle de l’apprentissage, notamment par l’apprenant ;
– cette approche met en lumière la spécificité des systèmes non humains ;
– enfin, cette approche ajoute aux traditionnelles notions de savoirs et de savoir-faire la notion de “savoir-où”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.