De l’étonnement à l’apprentissage. Enquêter pour mieux comprendre. Joris THIEVENAZ

L’auteur s’appuie sur un postulat de base : l’étonnement peut être une démarche pédagogique (une démarche qualifiée en anglais  de “learning by wondering”). L’étonnement est à la fois heuristique et formatif : “Nul ne peut apprendre s’il ne s’étonne.”

Pour qu’un étonnement soit productif, il doit reposer sur un principe fondamental que l’auteur expose ainsi (p. 42) : “Pour qu’une expérience soit constructive et source de développement au-delà de son aspect immédiat, il faut que celle-ci provoque un étonnement et invite l’apprenant à se lancer dans une démarche d’expérimentation et de questionnement.”

Il poursuit en approfondissant les conditions d’un étonnement “productif” : “L’étonnement est certainement le meilleur aliment du désir d’apprendre mais il se perpétue aussi par des réussites, par un retour réflexif sur ce que l’on a appris comme l’indiquent les théories les plus récentes sur la motivation (Nuttin, 1980 ; Vroom, 1964) (…) et par la délectation de la saveur des savoirs chère à Astolfi (2008).”

J. Thévenaz termine son propos en soulignant l’importance des “ingrédients étonnants”(p. 69) : “Comprendre le rôle de l’étonnement dans l’activité revient à étudier à la fois les ingrédients étonnants présents dans la situation er les dynamiques de transformations situationnelles qui s’opèrent à l’occasion de l’étonnement du sujet.”


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.