Vers une typologie des classes inversées – Marcel LEBRUN, Coralie GILSON, Céline GOFFINET

Les auteurs commencent par rappeler que cette pratique a été inventée par deux enseignants du secondaire, Jonathan Begmann et Aaron Sams, puis  entrent dans le vif du sujet. Ils définissent clairement la classe inversée – la matière brute, docs et supports pédagogiques, à travailler avant la classe elle-même, lieu de réflexion et de mise en pratique – et la distingue de la classe renversée – dans laquelle les élèves vont jusqu’à bâtir le cours eux-mêmes (lecture des documents fournis, recherche personnelle d’informations, préparation d’un exposé ou d’un débat, construction d’un dispositif de formation à l’intention des autres élèves) avant la session présentielle.

Plus précisément, les auteurs distinguent 2 types de classes inversée :
– le type 1 : leçons à la maison, devoirs à l’école ;
– le type 2 : les activités à distance sont effectuées par les élèves eux-mêmes, de manière autonome ou en groupe, en prélude à l’activité de classe.

Les objectifs visés par cette pratique sont eux aussi multiples :
– elle offre un moyen d’amplifier les interactions et les contacts personnalisés entre les élèves et l’enseignant ;
– elle installe un environnement dans lequel les étudiants prennent la responsabilité de leurs propres apprentissages sous la guidance du formateur ;
– l’enseignant n’est plus “le sage sur l’estrade” mais “le guide sur le côté” ;
– cette pratique crée un mélange fertile de la transmission directe (j’enseigne) avec une approche constructiviste ou socio-constructiviste de l’apprentissage (c’est aux apprenants qu’il revient d’apprendre) ;
– les élèves absents ou malades ne sont pas laissés en arrière ;
– les contenus travaillés, la matière, sont accessibles tout le temps pour les révisions, les examens, la remédiation ;
– les étudiants sont davantage impliqués dans leurs apprentissages ;
– enfin, cette pratique permet un accompagnement personnalisé des étudiants.

Redonner du sens à la présence
Les effets attendus de la classe inversée sont au nombre de 4 :
– des motivations accrues (des élèves comme des enseignants) ;
– de meilleures appropriations des savoirs formalisés ;
– un développement des compétences disciplinaires et transversales ;
– une différenciation des enseignement et apprentissages.

Plus précisément encore, les auteurs soulignent (p. 126) que la classe inversée “redonne du sens à la présence”.

La classe inversée remporte un succès certain qui s’explique, selon les auteurs, par de multiples raisons :
– l’étudiant sait, comprend, est capable de faire et, de lui-même, de démontrer ;
– cette pratique propose une méthode d’apprentissage active et interactive (approche par situation-problème, approche par étude de cas, apprentissage collaboratif) ;
– l’évaluation est elle aussi innovante (évaluation formative, évaluation par les pairs, approche réflexive) ;
– les changements induits par le numérique sont multiples et positifs : nouveau rapport aux savoirs, nouveau rapport aux rôles, plus globalement nouveaux modes de médiation et de relation, externalisation des ressources de connaissances ;
– les auteurs soulignent l’intérêt d’un équilibre entre tous ces éléments, qualifié de “Constructive Alignement” (Biggs, 1996).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.