A proposed framework for educational innovation dissemination – Benjamin T. HAZEN et al.

Les 4 auteurs concentrent leurs réflexions sur une contradiction principale : alors que le besoin de nouvelles technologies éducatives va croissant, le processus qui permet de disséminer ces innovations reste une énigme. Ils se proposent donc d’explorer ce thème de la diffusion des innovations – et, en parallèle, celui de l’acceptation des technologies –, d’examiner ce processus et de concevoir un cadre global de dissémination de l’innovation pédagogique.

Dans une première approche, les auteurs remarquent que les innovateurs pédagogiques présentent leurs matériaux et leurs approches via les conférences, les articles de journaux et les ressources en ligne. Une revue de littérature leur permet de repérer des auteurs (Boni et al., 2009) qui ont identifié quelques facteurs facilitant la mise en application des innovations, comme la collaboration interdisciplinaires dans les facultés. Ils en profitent également pour définir la dissémination (« diffusion d’une information vers une destination ouverte ») et ses 3 étapes : décision, mise en œuvre, “routinisation”. Cette dernière étape de “l’usage routinier” d’une innovation leur semble être l’objectif final de la dissémination.

Définir clairement l’innovation et sa diffusion
Dans un deuxième temps, les 4 auteurs mettent en place un cadre théorique pour leur réflexion, basé sur 2 théories complémentaires. La première est la théorie de la diffusion de l’innovation, issue du champ de la sociologie. L’innovation y est définie comme “une idée, une pratique ou un objet perçu comme nouveau par un individu ou un groupe” et sa diffusion comme “un processus par lequel une innovation est transmise dans le temps parmi les membres d’un système social (Rogers, 2003).

La seconde théorie est le modèle d’acceptation de la technologie (Technology Acceptance Model, ou TAM), élaboré par F. Davis en 1989, et selon lequel “la facilité d’utilisation perçue et l’utilité perçue [d’une technologie] permettent de prévoir l’intention d’adopter une technologie et, par voie de conséquence, son utilisation effective”. Depuis sa formulation, cette théorie a été abondamment enrichie, isolant notamment l’acceptation de la technologie par le professeur/formateur comme un facteur majeur de la dissémination.

Les auteurs illustrent ensuite leur propos avec la formation en ligne avec un bref historique de son apparition dans les universités américaines et une concentration sur l’utilisation du système Blackboard de formation en ligne. Ils y soulignent l’importance de l’efficacité perçue du système pour encourager son utilisation effective par les étudiants et font apparaître la variable de l’absorption cognitive comme un antécédent permettant d’accepter un système de formation en ligne.

Un cadre pour comprendre la dissémination
Comme annoncé plus haut, les auteurs de l’article déduisent de tous ces éléments un cadre général pour la dissémination de l’innovation pédagogique chez les enseignants (Framework of Educational Innovation Dissemination, ou FEID). Celui-ci distingue :
– 5 éléments généraux et leurs relations : Caractéristiques de l’innovation, Conscience de l’innovation, Intention d’adopter l’innovation, Adoption effective de l’innovation, Usage routinier de l’innovation ;
– des caractéristiques propres influant sur ces éléments : caractéristiques de l’adoptant (personnalité, années depuis le doctorat, expérience, statut professionnel, discipline) et caractéristiques de l’environnement (infrastructure disponible, système de récompense, recherche ou structure de formation des professeurs, type de formation, taille de la classe).

Les auteurs émettent ensuite une série de 3 premiers postulats qui précisent les conditions de dissémination de l’innovation pédagogique :
Postulat 1 : le degré de conscience de l’innovation éducative par l’enseignant exerce une influence positive sur son intention d’adopter cette innovation ;
Postulat 2 : l’intention d’adopter une innovation pédagogique par l’enseignant exerce une influence positive sur l’adoption effective de cette innovation ;
Postulat 3 : l’adoption effective de l’innovation pédagogique par l’enseignant exerce une influence positive sur l’utilisation routinière de cette innovation dans son activité enseignante.
Ils ajoutent à ces postulats principaux une deuxième série de postulats désignés comme des antécédents pertinents et des modérateurs :
Postulat 4 : l’intention d’un enseignant d’adopter une innovation pédagogique dépend des caractéristiques de l’innovation (type d’innovation – matériau pédagogique, méthode, outil pédagogique –, attributs de l’innovation – complexité, compatibilité, avantage relatif…). Ces caractéristiques agissent comme des antécédents directs à l’intention d’adopter une innovation. De plus, l’environnement et la culture peuvent agir comme des modérateurs à la diffusion de cette innovation : sentiment d’auto-efficacité, goût pour l’innovation et discipline académique chez les adoptants, soutien du management, incitations à l’utilisation, influence des pairs et/ou de la faculté. Ces caractéristiques affectent également l’utilisation effective de l’innovation et son utilisation routinière ;
Proposition 5A : les caractéristiques de l’adoptant influenceront la relation entre les caractéristiques de l’innovation pédagogique et l’intention de l’adopter ;
Proposition 5B : les caractéristiques de l’adoptant influenceront la relation entre l’intention d’adopter l’innovation pédagogique et son adoption effective ;
Proposition 5C : les caractéristiques de l’adoptant influenceront la relation entre l’adoption de l’innovation pédagogique et son utilisation routinière ;
Proposition 6A : les caractéristiques de l’environnement de dissémination influenceront la relation entre les caractéristiques de l’innovation pédagogique et l’intention de l’adopter ;
Proposition 6B : les caractéristiques de l’environnement de dissémination influenceront la relation entre l’intention d’adopter l’innovation pédagogique et son adoption effective ;
Proposition 6C : les caractéristiques de l’environnement de dissémination influenceront la relation entre l’adoption de l’innovation pédagogique et son utilisation routinière.

Identifier les facteurs facilitateurs ou inhibiteurs
Les auteurs affinent ensuite cette réflexion en listant précisément les différents facteurs facilitant ou empêchant l’intention d’adopter, l’adoption et l’utilisation routinière des innovations pédagogiques. Trois catégories de caractéristiques sont ainsi définies :
– les caractéristiques liées à l’innovation : degré par lequel l’innovation pédagogique permet aux utilisateurs de ressentir les autres comme psychologiquement présents / cohérence de l’innovation avec la pédagogie courante / difficulté perçue dans l’utilisation de l’innovation / facilité à prédire et à expliquer les résultats de l’innovation / accroissement perçu du statut social retiré de l’utilisation de l’innovation pédagogique / observabilité de l’innovation / perception individuelle du plaisir à utiliser l’innovation / degré d’interaction entre l’individu et l’innovation / degré par lequel l’innovation est perçue comme meilleure que la solution précédente / capacité de l’innovation à renforcer les performances de l’enseignant / mesure dans laquelle les individus peuvent essayer l’innovation avant de l’adopter effectivement / efficacité d’utilisation liée à l’innovation.

– les caractéristiques liées à l’adoptant : anxiété ressentie lors de la perspective d’utiliser une innovation / opinion sur l’innovation / volonté d’essayer une innovation / degré par lequel l’utilisation de l’innovation est perçue comme volontaire / perception de ce que les gens importants pour l’utilisateur de l’innovation pensent de son utilisation de l’innovation / degré de soutien des enseignants et des élèves face à l’innovation pédagogique

– les caractéristiques liées à l’environnement : degré de simplicité d’accès de l’innovation et de tous ses composants / degré de disponibilité des ressources nécessaires pour faciliter la dissémination de l’innovation / degré de soutien apporté par les institutions (gouvernement, administration de l’école, etc.) dans la facilitation de la dissémination de l’innovation.

Les auteurs terminent leur propos en ajoutant des facteurs tirés de leur propre expérience : âge ou maturité de l’innovation, motivation de l’enseignant à utiliser des innovations, structures incitatives pour les enseignants, effets de l’innovation sur les productions des élèves, type d’enseignement, type d’école, effets de l’utilisation des innovations sur l’évaluation de l’enseignement… Non sans ironie, ils concluent en évoquant les lourds investissements en temps et en ressources pour produire des innovations pédagogiques de grande qualité… sans prendre le temps de s’interroger sur leur adoption et leur utilisation effective et routinière.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search